Enfant et chien font-il toujours bon ménage ?

Le petit dernier réclame un chien à cor et à cri ?

Si les bienfaits d’un animal de compagnie sur le développement de l’enfant sont appréciables, adopter un chien n’est pas une décision qui se prend à la légère.

Voici quelques pistes de réflexions.

Publicité

Le chien de l’enfant... ou de la famille ?

La plupart desenfantssont attirés par les animauxet beaucoup rêvent d’avoir « leur » chien.

Néanmoins, adopter un animal de compagnie est une décision qui impliquera in fine toute la famille. Mieux vaut donc ne pas accepter cette demande uniquement pour faire plaisir à l’enfant...

Car si l’enfant peut s’impliquer affectivement avec le chien, c’est aux adultes qu’il reviendra malgré tout d’aller le promener, de l’emmener au dressage et chez le vétérinaire...

Publicité
Publicité

Autrement dit, l’éducation du chien et les difficultés éventuelles (maladies, morsures, dégâts dans la maison...) sont avant tout l’affaire des parents !

Le chien n’est jamais le chien d’un enfant mais lechien de la famille.

Quels sont les bienfaits du chien sur l’enfant ?

Ceci dit, la présence d’un chien peut apporter beaucoup de bien-être à un enfant etinfluer positivement sur son développement affectif et relationnel.

Grâce au chien, l’enfant découvre la possibilité d’un lien de confiance inconditionnel : la fidélité sans faille de l’animal procure un sentiment de sécurité et de confiance en soi.

L’enfant développe aussi grâce au chien unmode de communication non verbale, basé sur les regards, les postures, les attitudes. L’enfant prend ainsi conscience de l’altérité : même si le chien n’a ni les mêmes besoins ni les mêmes réactions que lui, ils peuvent se comprendre.

L’animal de compagnie permet ainsi de développer l’empathie (capacité à se mettre à la place d'autrui).

Publié par Julie Luong, journaliste santé le Lundi 19 Novembre 2012 : 00h00
Mis à jour le Lundi 19 Novembre 2012 : 09h45
Source : Merci à Bénédicte de Villers du Laboratoire d’anthropologie sociale et culturelle de l’ULg.
PUB