En arrêtant de fumer avant 40 ans, on gagne 10 ans !

Voici une belle motivation pour les personnes qui souhaitent arrêter de fumer.Certes, le tabac diminue fortement l’espérance de vie, mais arrêter de fumer avant 35-40 ans permet de gagner 10 années de vie en plus par rapport aux fumeurs invétérés.
© thinkstock

Mortalité prématurée chez les fumeuses

Cette étude a porté sur une population d’1,3 million de femmes britanniques suivies durant une dizaine d’années.

En début d’étude :

  • 20% des femmes étaient fumeuses (dont 44% ont arrêté de fumer durant l’étude),
  • 28% étaient d’anciennes fumeuses
  • et 52% des non-fumeuses.

En fin d’étude, 66.000 décès sont survenus, dont les deux tiers déplorés dans le groupe des fumeuses se sont avérés liés au tabagisme.

10 années de vie à gagner en arrêtant de fumer à la quarantaine

Selon les auteurs, les fumeuses présentent un risque de mortalité deux fois plus élevé que les non-fumeuses.

53% des fumeuses contre 22% des femmes n'ayant jamais fumé meurent avant l'âge de 80 ans. En terme d’espérance de vie, cela se traduit par plus de 10 années de vie perdues chez les fumeuses.

En revanche, ces années perdues peuvent être retrouvées si les femmes stoppent leur tabagisme : en arrêtant de fumer avant l'âge de 40 ans, on évite plus de 90% de la surmortalité causée par un tabagisme continu. Et avant 30 ans, c’est plus de 97%.

En pratique, plus on arrête tôt, mieux c’est pour diminuer les risques de mortalité précoce liés au tabac. Et à 40 ans, c’est encore largement bénéfique.

À noter qu’une autre étude japonaise confirme des bénéfices similaires chez les hommes qui arrêtent de fumer vers la quarantaine, ou idéalement bien avant.

Évidemment, la meilleure solution en termes d’espérance de vie est de ne jamais fumer !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Pirie K. et al., The Lancet, 26 octobre 2012. British Medical Journal, 25 octobre 2012.