Ejaculation précoce : le Priligy®, un nouveau médicament

© Istock

C’est la première molécule officiellement destinée à lutter contre l’éjaculation précoce.

Une nouveauté sur le marché belge, mais qui en a besoin ?

Publicité

Ejaculation précoce et antidépresseurs

Jusqu’à très récemment, il n’existait aucun produit destiné spécifiquement à lutter contre l’éjaculation précoce, pourtant l’un des troubles sexuels les plus fréquents. Cependant, les médecins se sont rendu compte il y a plusieurs années que certains antidépresseurs, les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (ISRS) ont pour effet secondaire de rendre l’éjaculation plus difficile.

Pour la plupart des hommes, c’est un inconvénient parfois grave. Mais pour ceux qui souffrent parce que leurs rapports sexuels sont toujours trop courts, c’est plutôt une solution ! Les urologues ou sexologues prescrivaient donc parfois à leurs patients des antidépresseurs dans le but d’améliorer leur vie sexuelle.

Publicité
Publicité

Cette solution n’était cependant pas idéale. Le traitement doit être pris pendant plusieurs semaines pour en ressentir les effets alors que l’éjaculation prématurée peut n’être que temporaire. En plus dans certains cas, la prise d’antidépresseurs entraîne une baisse de la libido qui est évidemment problématique !

Le Priligy®, une nouveauté

Appelé Priligy®, ce médicament est aussi un inhibiteur de la recapture de la sérotonine (ISRS), mais il supprime ces inconvénients et est donc plus adapté à la lutte contre l’éjaculation précoce. Il est destiné à être pris quelques heures avant le rapport, un peu comme le Viagra, et n’agit pas sur le long terme.

Ce n’est cependant pas une panacée puisqu’il présente aussi ses effets secondaires, parfois sérieux : nausées, diarrhées, maux de tête, insomnies, etc.

 
Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 04 Novembre 2013 : 12h26
Mis à jour le Lundi 04 Novembre 2013 : 13h26
Source : Conférence de presse IPSOS, 23 octobre 2013