Les effets inattendus du Viagra

© Istock

Le Viagra connaît un succès grandissant, pas seulement auprès des séniors à la virilité défaillante, mais aussi de plus en plus dans la communauté dessportifs. Explications.

Publicité

Viagra et sportifs: quel rapport ?

Le Viagra est un médicament relativement jeune puisque sa première mise sur le marché date de 1999 en Europe. Nous n’avons donc pas beaucoup de recul pour juger précisément de son action dans l'organisme. On sait seulement qu'à l'origine les chercheurs du laboratoire Pfizer ne visaient pas du tout le marché de la jouissance masculine mais cherchaient plutôt un médicament capable de détendre les muscles lisses autour des artères et lutter ainsi contre les problèmes d'angine de poitrine. Une molécule, le sildénafil, avait la particularité d'empêcher la destruction du monoxyde d'azote, lui-même responsable de l'assouplissement artériel. Des tests furent entrepris mais avec des résultats globalement décevants. Sur le point d’abandonner cette piste, les chercheurs furent surpris par la réaction enthousiaste de plusieurs sujets: tous des hommes! A l'issue de pudiques circonlocutions, ces cobayes confièrent que le traitement leur avait permis de retrouver une inhabituelle vigueur sexuelle. On relança les expériences selon un protocole légèrement modifié pour s'apercevoir qu'effectivement le sildénafil agissait spécifiquement sur les récepteurs du système circulatoire du corps caverneux, c'est-à-dire l'entrelacs de vaisseaux situés dans le pénis, qui, en se gonflant de sang, génère l'érection. Le Viagra était né !

Publicité
Publicité

Pour les sportifs, le Viagra fait bander les poumons

Plus de dix ans donc que le Viagra existe, mais il est loin d'avoir livré tous ses secrets. Et il ne déroge pas à la tradition qui veut qu'à chaque fois qu'une nouvelle molécule apparaît dans la pharmacopée, on cherche à en détourner l'usage à des fins de dopage. Les alpinistes furent les premiers: le Viagra les aidait à mieux supporter les hautes altitudes. En somme, les poumons se comportaient comme les corps caverneux de la verge et, en se gorgeant de sang, ils facilitaient la poursuite des échanges gazeux. D’autres disciplines sportives emboîtèrent le pas, notamment le cyclisme. Lors du Tour d'Italie en 2008, les policiers ont découvert 82 cachets de Viagra dans la voiture du père d’Andrea Moletta, cycliste de l’équipe Gerolsteiner. Les footballeurs ne sont pas en reste. En Bolivie, le Viagra figure ainsi dans les prescriptions faites aux joueurs de plaine avant un match programmé dans le stade de La Paz à 3570 mètres d'altitude. Avant la Coupe du Monde en Afrique du Sud, l'entraîneur de l'équipe anglaise, Fabio Capello, avait aussi évoqué cette possibilité (avant de se rétracter) pour permettre à ses joueurs de s’adapter à l'altitude du stade de Rustenburg (1500 mètres). Enfin, en athlétisme, on possède le témoignage du sulfureux directeur du laboratoire Balco, Victor Conte, qui confiait lors de son procès: "Tous mes athlètes en ont pris. C'est beaucoup plus fort que la créatine."

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Lundi 30 Août 2010 : 16h20
Mis à jour le Jeudi 02 Septembre 2010 : 11h10