Dopage : les très jeunes sportifs aussi ...

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 14 Mai 2001 : 02h00
Il est primordial de responsabiliser les jeunes face au médicament dans la pratique sportive. En effet, selon une enquête menée auprès de 1.500 adolescents sportifs, entre 3 et 4% déclarent avoir déjà utilisé des substances dopantes (corticoïdes, stéroïdes anabolisants, antidépresseurs …). Même si l'emploi de cocktails de vitamines reste le plus fréquent, ces derniers sont souvent associés à de la créatine. Dans tous les cas, de telles consommations visant à améliorer ses performances mènent progressivement à un engagement dans une pratique dopante et donc à une conduite à très gros risques, notamment pour sa santé, voire pour sa vie. Mieux vaut être vigilant et ne pas s'y engager.
PUB

Le profil du jeune sportif attiré par la conduite dopante

Ils ont en moyenne entre 12 et 14 ans et pratiquent plus de 12 heures de sport par semaine, 12 heures étant la barre fixée par certains experts comme la frontière entre le sport scolaire et le sport amateur ou de compétition. C'est justement au-delà de ces 12 heures qu'ils sont deux fois plus nombreux à déclarer avoir une conduite dopante.Selon une enquête menée en Loraine auprès de 1.500 adolescents sportifs âgés de 15 à 18 ans, 3 à 4% avouent avoir utilisé des produits dopants, inscrits sur la liste des substances prohibées. Près de 18% d'entre eux disent avoir été « curieux » de les essayer. Il s'agit essentiellement de garçons car, comparés aux filles qui recherchent à être bien dans leur corps, ils privilégient l'affrontement, les luttes et la compétition.

PUB
PUB

Une consommation réelle, mais restant marginalisée

Tout en restant heureusement marginale, la consommation de produit dopants chez les sportifs en herbe est certaine. Quelques jeunes prennent dès l'âge de 12 ans des stéroïdes anabolisants, d'autres des corticoïdes, des antidépresseurs ou encore des tranquillisants, généralement durant un mois avant une épreuve d'endurance afin d'améliorer la résistance. Héla, ces prises ponctuelles portent à des conséquences extrêmement graves, parfois fatales.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 14 Mai 2001 : 02h00
Source : Le Quotidien du Médecin, n°6913, 9 mai 2001.
PUB
PUB
A lire aussi
Créatine et risque cancérogènePublié le 05/02/2001 - 00h00

La créatine, complément nutritionnel « censé » accroître la masse musculaire des sportifs, dont la commercialisation est interdite en France, ne cesse de faire parler d'elle. La comparaison de ses faibles bénéfices par rapport aux risques potentiels, notamment cancérogènes, soulève la...

Première victime du dopage : le coeur Publié le 05/02/2003 - 00h00

On observe un développement très inquiétant du dopage, particulièrement chez les enfants. La consommation de substances dopantes présente de nombreux risques, dont l'hypertension artérielle, responsable à terme de maladies cardiovasculaires, pouvant mener à l'infarctus d'effort. Les...

Fragilité psychologique de nos jeunes sportifsPublié le 18/02/2004 - 00h00

Et si on s'en occupait ? En effet, l'équilibre mental participe, voire plutôt conditionne l'intégrité de ces jeunes sportifs de haut niveau, souvent fragilisés. « Le sport est bon pour la santé » semble bien loin de la réalité. Comment prévenir les risques ? Les enseignements d'une...

Plus d'articles