Dopage : l'éphédrine tue !

Quelques cas de décès, notamment chez les sportifs, viennent d'attirer l'attention du Sénat américain sur l'éphédrine et l'ephedra, produits largement utilisés dans les compléments alimentaires à visée dopante ou amaigrissante. Parallèlement, une étude démontre leurs effets secondaires et leur faible efficacité.
PUB

Interdits par le Comité international olympique, mais en vente libre aux Etats-Unis, l'éphédrine et l'ephedra font des dégâts, notamment dans les milieux sportifs, en raison de leurs effets indésirables : troubles psychiatriques, digestifs, nerveux et palpitations, sans oublier quelques cas de décès.

Suite à la mort suspecte d'un jeune joueur de base-ball, ces produits sont formellement accusés et les sportifs sont appelés à s'en passer, tandis que l'on commence à réfléchir sur leur statut afin d'en faire enfin des médicaments délivrés sur prescription médicale.

PUB
PUB

Dans un tel contexte, les résultats d'une étude ont été publiés en avance sur Internet. Celle-ci a porté sur l'analyse d'un total de 52 essais incluant des milliers de personnes. Les auteurs démontrent ainsi que si ces substances entraînent une perte de poids, elle n'en demeure pas moins très modeste. En revanche, aucune augmentation des performances physiques n'a pu être notée. Par ailleurs, les effets secondaires sont, eux, très bien documentés. Au final, les risques de douleurs digestives, de palpitations, de troubles nerveux, psychiatriques (dont agitation, anxiété, dépression), de tremblements, d'insomnie, etc., sont multipliés par deux à trois. Des dizaines d'effets rares mais gravissimes, voire mortels, ont été enregistrés : infarctus, attaques cérébrales et convulsions.

En France, l'ephedra est interdit dans les compléments alimentaires. Quant à l'éphédrine, elle entre dans la composition de certains produits à usage local pour les rhumes et les otites, dans un médicament contre le mal des transports et dans un produit homéopathique. Jusqu'à présent, les services de pharmaco-vigilances n'ont observé qu'un seul effet secondaire. Ces produits ne circulent donc pas officiellement.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 19 Mars 2003 : 01h00
Source : http://jama.ama-assn.org