Donneur d'organe ? Faites-le savoir !
Sommaire

Que dit la loi ?

La loi de bioéthique de juillet 1994 adopte le principe de consentement présumé. Toute personne est considérée consentante au don d'éléments de son corps après sa mort, en vue de greffe, si elle n'a pas manifesté son opposition de son vivant. Si, en cas de décès, le médecin ne connaît pas la décision du défunt, il devra s'efforcer de recueillir le témoignage de sa volonté auprès de sa famille.La loi donne la liberté de décider personnellement.Les trois grands principes de la loi bioéthique sont :

  • le consentement,
  • la gratuité,
  • l'anonymat donneur/receveur.

Que puis-je faire ?

Si vous êtes POUR le don en vue de greffe :

Si vous êtes contre le don en vue de greffe ou de recherche, ou d'autopsie : Dites-le à votre famille pour qu'elle puisse en témoigner.Demandez votre inscription sur le Registre national des Refus géré par l'Etablissement français des greffes**. Celui-ci est obligatoirement interrogé avant d'envisager un prélèvement. Votre refus est révocable par vous-même à tout moment. L'inscription est possible dès l'âge de 13 ans. Si vous êtes POUR le don en vue de greffe :

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Etablissement français des greffes, " Don d'organe : d'une vie à une autre... ; Don d'organes, de tissus ou de cellules : pour les malades, votre avis compte plus que tout " ; www.efg.sante.fr.