Dessert : pourquoi le mangeons-nous en fin de repas ?

Repas : de plus en plus simplifiés

Au fil des années, le nombre de services du repas a diminué de plus en plus pour arriver au modèle du repas français que nous connaissons actuellement : entrée ou soupe, plat garni, fromage et/ou dessert.

Cette simplification des repas s’explique par l’évolution de la société depuis le début du 20ème siècle : moins de temps pour les préparer (et moins ou plus du tout de domestiques pour cette tache), contraintes des emplois du temps et du travail, diminution des besoins énergétiques, influence aussi du discours médical.

Nos repas actuels, et surtout le dîner, ont d’ailleurs tendance à se simplifier encore de plus en plus. L’entrée disparaît souvent, de même que le fromage, le plat garni est parfois remplacé par une grosse entrée (ou une grosse salade) suivie, comme celui-ci, d’un dessert.

Dessert : une spécialité très française

Le mot dessert est issu du verbe desservir et c’est de la table, évidemment, qu’il s’agit.

Les desserts (pâtisseries, entremets, glaces, friandises etc.) ont été et sont toujours un des triomphes de la gastronomie française, et ce depuis le Moyen Âge. Dans aucun autre pays, on ne trouve cette richesse et cette diversité de desserts nationaux et régionaux qui sont là pour le plaisir.

D’abord à base de miel, de fruits frais et séchés, de graines, de lait et de farine, ils ont pris un essor fantastique lorsque le sucre est devenu facilement accessible.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.