Le dépistage des cancers de la bouche se fait chez le dentiste !

© Fotolia

Entre 7.000 et 7.500 cas de cancers de la cavité buccale sont diagnostiqués chaque année en France. Ces cancers sont également responsables de quelque 1.500 décès annuels, soit plus que ceux attribués aux cancers du col de l’utérus par exemple ou aux mélanomes (cancers de la peau). Pourtant, ils restent très peu connus et de ce fait découverts beaucoup trop tardivement (dans 70% des cas).

Publicité

Les cancers de la cavité buccale se dépistent chez le dentiste

Les spécialistes alertent le grand public : les cancers de la cavité buccale pourraient être diagnostiqués à un stade plus précoce car les lésions pré-cancéreuses liées à ces cancers sont visibles. Le dentiste est particulièrement bien placé pour détecter ces lésions, encore faut-il consulter !

Les cancers de la bouche

Ces cancers sont diversement localisés : lèvre, base de langue, langue mobile, gencive, plancher de la bouche, palais, glandes salivaires, amygdales…

Publicité
Publicité

Ils touchent plus souvent des personnes de plus de 60 ans et les fumeurs. D’ailleurs, du fait de la baisse du tabagisme chez les hommes, la fréquence des cancers de lacavité buccale tend à diminuer. Inversement, cette fréquence est à la hausse chez les femmes, résultat de la progression du tabagisme féminin.

Le tabac n’est pas le seul facteur qui favorise les cancers de la bouche, l’alcool représente aussi un facteur de risque majeur. Autrement dit, les facteurs de risque sont connus depuis longtemps. De ce fait, ces cancers sont en partie évitables et l’on peut identifier les personnes à risque, lesquelles doivent être incitées à un dépistage.

En pratique

À tout âge, consultez régulièrement votre médecin, une à deux fois par an est un minimum. Et à plus forte raison en cas de tabagisme et de consommation régulière et excessive d’alcool. Les personnes âgées vivant en institution doivent aussi avoir accès régulièrement à une consultation dentaire. Évidemment, toute lésion dans la bouche est un motif suffisant pour prendre rapidement un rendez-vous, même si le médecin traitant reste aussi un interlocuteur privilégié.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 25 Novembre 2010 : 17h38
Mis à jour le Lundi 29 Novembre 2010 : 14h36
Source : Congrès 2010 de l’Association dentaire française (ADF), novembre 2010.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés