Dépistage du cancer colorectal : le nouveau test est enfin arrivé !

Après des mois d’attente et une désorganisation du dépistage, le nouveau test immunologique est enfin disponible en France. Avec ce test, plus simple d’utilisation et plus fiable, les autorités de santé espèrent que davantage de personnes se feront dépister du cancer colorectal.

PUB

Objectif : améliorer le dépistage du cancer colorectal

Le dépistage organisé du cancer colorectal est proposé depuis 2009 à tous les Français, hommes et femmes, de 50 à 74 ans. L’objectif, détecter des lésions précancéreuses ou des tumeurs débutantes, car traité tôt, ce cancer se guérit dans 9 cas sur 10. Or le taux de personnes dépistées reste faible, avec seulement 30% des personnes concernées qui réalisent le test, alors que selon les estimations actuelles, un taux de 50% permettrait d’éviter chaque année plus de 3.5000 décès par cancercolorectal. En effet, rappelons qu’avec 42.000 cas diagnostiqués par an, ce cancer représente le 3e cancer le plus fréquent après le cancer du sein et de la prostate. Mais c’est aussi le 2e cancer le plus meurtrier après le cancer du poumon (17.700 décès par an).

PUB
PUB

Qu’a-t-il de plus, ce nouveau test de dépistage du cancer colorectal ?

Comme l’ancien test dénommé Hémoccult, le nouveau dit « immunologique » repose sur la détection de traces de sang dans les selles. En revanche, le nouveau test de dépistage du cancercolorectal est beaucoup plus fiable puisqu’il permettrait de détecter deux fois plus de tumeurs et trois à quatre fois plus de lésions précancéreuses. Son autre atout majeur est sa simplicité : il ne nécessite plus de prélever 6 échantillons de selles, mais un seul et selon un processus plus aisé.

Ce test de dépistage est à réaliser tous les deux ans à partir de 50 ans. En cas de résultat positif, une coloscopie est programmée, laquelle ne confirme de lésion cancéreuse que dans environ un cas sur deux. Et lorsque c’est le cas, on procède à une ablation de la lésion. Plus celle-ci est réalisée tôt, lorsque la tumeur est précancéreuse, de petite taille et localisée, plus les traitements sont efficaces et peu contraignants. Ça vaut donc le coup de se faire dépister tous les deux ans !

Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 07 Mai 2015 : 10h41
Mis à jour le Jeudi 07 Mai 2015 : 12h09
PUB
PUB

Contenus sponsorisés