Le démon de midi au féminin

Publié par Corinne Guillaumin, journaliste santé le Vendredi 29 Mai 2009 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 22 Octobre 2010 : 13h18

Jusqu'à très récemment encore, on prétendait que le démon de midi frappait plus volontiers les hommes. Ignorance ou vilaine hypocrisie ? Toujours est-il qu'aujourd'hui, on découvre que les femmes y succombent aussi et qu'elles n'ont plus peur de l'afficher !

© Istock
PUB

Si je vous dis 'Démon de Midi', il y a fort à parier que la première représentation qui vous vienne, de suite, à l'esprit est celle, d'un homme dans la force de l'âge, c'est-à-dire autour de la cinquantaine, au bras d'une femme ravissante beaucoup plus jeune que lui ! Mais pourquoi, Diable oublie-t-on trop souvent de signaler que ce syndrome concerne aussi les femmes ? Et oui, le démon de Midi au féminin, cela existe aussi ! Alors que cache-t-il vraiment ? Est-il si démoniaque ? Diffère-t-il du démon de midi masculin ? Et est-ce que toutes les femmes peuvent succomber à ce syndrome diabolique ?

Avant qu'il ne soit trop tard !

C'est aux alentours de 45/55 ans, que les hommes comme les femmes peuvent être amenés à succomber au démon de midi. En fait, dans la plupart des cas, ce fameux syndrome survient toujours de manière inopinée mais conséquemment à la crise existentielle de milieu de vie, que traversent, avec plus ou moins de difficultés, toutes les personnes de cet âge. 'C'est en effet, une période charnière, douloureuse et très difficile à vivre pour les deux sexes', explique Caroline Weill, psychologue et psychothérapeute 'Un cap problématique puisque sur le plan physique et psychologique, c'est un âge de grands bouleversements.' Nombre de thérapeutes n'hésitent d'ailleurs pas à comparer cette crise de milieu de vie à celle de l'adolescence ! À mi-parcours, la personne se retrouve donc à faire le point et à s'interroger sur tous les aspects de sa vie : les buts fixés ont-ils été atteints ? Globalement suis-je satisfait de mon existence ? Ai-je accompli certains de mes rêves et suis-je allé jusqu'au bout de mes ambitions ? Immanquablement, cette profonde remise en question oblige l'individu à regarder en arrière, vers sa jeunesse, du côté de ses belles années… Beaucoup le font avec tendresse tandis que d'autres, le font avec plus de nostalgie ! Sans compter que le corps commence à accuser les prémices du vieillissement (rides, poches, kilos en trop, fatigue, perte de mémoire...) rappelant ainsi à l'individu qu'il est mortel et que le compte à rebours est lancé !

PUB
PUB

Un sentiment d'urgence

Il y a donc soudain urgence. Urgence à se sentir vivant, à exister pleinement et à s'éclater…, avant qu'il ne soit trop tard. Sur le plan professionnel et familial (surtout pour les femmes), le quadra ou quinquagénaire, tout en étant encore très actif, sait que les dés sont désormais quasiment jetés. En revanche, sur le plan affectif et surtout sexuel, tout est encore possible et réalisable! Et si d'aventure, la personne se trouve engluée dans une vie de couple routinière, sans surprises et surtout sans considération ni reconnaissance de la part de son conjoint, le démon de midi peut frapper à tout instant ! Une envie pressante de vivre quelque chose de fort peut alors surgir et surtout un besoin irrépressible de se réassurer ! Une pulsion qui pousse soudain l'homme ou la femme à aller vérifier son potentiel de séduction auprès d'un nouveau partenaire, si possible beaucoup plus jeune ! Bref, une façon de se dire : 'Je suis encore capable de séduire et surtout, je suis capable de séduire plus jeune que moi !'

Publié par Corinne Guillaumin, journaliste santé le Vendredi 29 Mai 2009 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 22 Octobre 2010 : 13h18
Source : Côté santé, mai 2009.
PUB
PUB
A lire aussi
Je ne ressens plus aucun désir pour mon conjoint...Publié le 09/08/2005 - 00h00

L'absence de désir sexuel, c'est une plainte féminine très fréquente en consultation de sexologie. Le désir est parti et cette femme cherche à se guérir, à retrouver cet élan. Mais son désir est-il vraiment parti ? Y a-t-il vraiment quelque chose à guérir ? Pas si sûr !

La crise de la quarantaine : démoniaque ou salutaire ?Publié le 20/11/2002 - 00h00

40 ans, presque l'âge du milieu de la vie. Le plus souvent, c'est la période où l'on est à même de donner le meilleur de soi professionnellement, la vie économique devient plus facile, les turbulences de la vie de couple se sont estompées et les enfants grandissent… Pourtant, à 40 ans, la...

Plus d'articles