Démence : les femmes qui font du sport seraient moins à risque

© Adobe Stock

Faire de l'activité physique participe à la bonne santé cardiovasculaire, ce qui réduirait dans le même temps le risque de démence chez les femmes. Telles sont les conclusions d'une étude suédoise publiée dans la revue Neurology.

PUB

Vélo, zumba, yoga, stretching... Quel que soit le sport que vous aimez, l'important est d'avoir une pratique régulière. En plus d'être bon pour le moral, le sport pourrait réduire le risque de démence chez les femmes, annoncent des chercheurs de l'Université de G ö teborg en Suède. Ils ont suivi 1462 femmes suédoises âgées de 38 à 60 ans. De 1968 à 2012, ils ont mené des examens pour analyser l'incidence de la démence parmi les sujets. Résultat : 44 femmes ont souffert de démence. 5% du groupe des plus sportives, 25% des moyennement actives, 32% des peu sportives. Au global, le risque de démence était réduit de 88% chez celles qui avaient une très bonne condition physique.

PUB
PUB

Une maladie repoussée de 10 ans chez les plus sportives

Une grande forme physique retardait de 9 années et demie l'âge de début de démence, par rapport à une condition physique moyenne. "La promotion d'une bonne forme cardiovasculaire peut être incluse dans les stratégies de réduction ou de prévention de la démence, ont indiqué les scientifiques dans leurs conclusions publiés dans la revue Neurology. La recherche future doit se concentrer sur le fait de savoir si l'amélioration de la condition physique pourrait avoir des effets positifs sur le risque de démence et quand, au cours de la vie, une bonne condition cardiovasculaire est la plus importante."

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estimait en 2015 que 47 millions de personnes étaient atteintes de démence dans le monde et ce nombre devrait tripler d’ici 2050. 

Publié le 19 Mars 2018
Auteurs : Aurélie Blaize, journaliste santé
Source : Midlife cardiovascular fitness and dementia.
Voir + de sources
A 44-year longitudinal population study in women. Helena Hörder, Lena Johansson, XinXin Guo, Gunnar Grimby, Silke Kern, Svante Östling and Ingmar Skoog. 14 mars 2018. Neurology.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés