Couple et belle-famille : 6 conseils pour que ça marche !

© Adobe Stock

Votre belle-mère vous hérisse ? Voici les conseils de Camille Rochet, psychologue et thérapeute de couple, pour retrouver une relation harmonieuse avec votre belle-famille et mettre toutes les chances de votre côté pour que les choses se passent bien.

PUB

Parmi les principaux sujets de plaisanteries, on peut citer les belles-mères sans hésitation. Que ce soit un mythe ou une réalité, la belle-famille est souvent source d'inquiétude au sein d'un couple, on ne peut le nier. Et cela avant même la première rencontre.

Pour autant, "les conflits ne sont pas systématiques", souligne Camille Rochet, psychologue et thérapeute de couple. A condition d'y mettre les formes, il est possible de développer une relation harmonieuse avec la famille de son conjoint ou de sa conjointe.

Alors comment y parvenir ? Nos réponses et conseils, avec l'expertise de l'autrice de Ma boîte à outils pour être un couple épanoui.

PUB
PUB

Mettre son conjoint à l'aise

Rencontrer la belle-famille, c'est avant tout se rendre en terrain inconnu. Les valeurs, les habitudes, les discussions… Rien n'est familier. L'enjeu ? "Il faut pouvoir être soi-même dans la belle-famille et se sentir à l'aise", souligne Camille Rochet.

Pour y parvenir, c'est au conjoint ou à la conjointe de jouer le rôle de facilitateur. En faisant preuve de vigilance, mais aussi acceptant son ou sa partenaire sans lui demander de changer devant sa famille.

"La relation de couple doit aussi être maintenue", ajoute Camille Rochet. Pas question de mettre votre partenaire de côté dès que vous retrouvez votre fratrie. "Un espace de couple doit être ménagé, même lors du temps en famille", souligne la thérapeute de couple.

Ne pas critiquer sa belle-famille

Personne n'est parfait. Mais ça n'est pas une raison pour le souligner. Si les défauts de vos beaux-parents vous gênent, évitez d'en faire mention à votre partenaire. "Reprocher sa famille à son conjoint ou sa conjointe peut mettre le couple en péril, confirme Camille Rochet. C'est un vrai danger."

Même en privé, mieux vaut donc garder ses critiques pour soi et se montrer tolérant. Chaque famille répond à une dynamique précise, les commentaires désobligeants pourraient s'avérer blessants. Lorsqu'on est la pièce rapportée, "il faut plutôt se montrer coulant, s'adapter et être ouvert", recommande la thérapeute de couple.

Si une situation se révèle vraiment insupportable, l'essentiel est de se montrer constructif. "Mieux vaut proposer des alternatives. Par exemple, si vous ne supportez pas de rester enfermé.e, proposez une promenade", suggère Camille Rochet.

La rédaction vous recommande sur Amazon :