Connaissez-vous l'efficacité des contraceptions ?

(D'après les chiffres de l'Organisation Mondiale de la Santé OMS) L'efficacité est un des premiers critères de choix d'une contraception. C'est pourquoi il est utile de les connaître toutes pour faire un choix éclairé. Cela peut aussi servir à aider d'autres femmes, qu'il s'agisse d'une toute jeune fille, d'une soeur ou d'une amie qui ne dispose pas des informations pour faire un bon choix… Le pourcentage d'échec exposé correspond au pourcentage de femmes concernées par une grossesse non intentionnelle dans la première année d'utilisation de la méthode contraceptive. Une utilisation parfaite correspond à une utilisation régulière et correcte.
Publicité

La méthode du retrait ou coït interrompu

Le retrait ou coït interrompu peut se révéler utile dans certains cas. C'est une contraception qui présente 4% d'échec si l'utilisation est parfaite et 27% en cas d'utilisation plus classique par des couples qui la connaissent assez mal. C'est donc une méthode « mieux que rien » d'après Martin Winkler dans « Contraception, mode d'emploi ».

Voici ce qu'il en dit : « Lorsque le coït interrompu fait partie de la sexualité d'un couple qui en est content, et qui s'en sert pour espacer les grossesses et non les empêcher totalement, la méthode en vaut une autre, et il n'y a pas lieu de la dénigrer. Les spermicides peuvent être utilisés pour en réduire en partie les échecs ».

Les spermicides en gel ou en crème

Ils sont peu prescrits par les gynécologues parce qu'ils ne sont pas très efficaces. On note pour les spermicides 18% d'échec en cas d'utilisation parfaite (respect strict des conditions d'utilisation) et 29% en cas d'utilisation habituelle (plus ou moins proche des conditions d'utilisation recommandées), et c'est beaucoup !

Les spermicides sont relativement peu utilisés seuls à cause de ce taux d'échec important. Mais, en complément d'autres méthodes, ils présentent tout de même un intérêt. D'autant plus que les chercheurs travaillent toujours sur la mise au point d'un spermicide qui pourrait aussi détruire le virus du sida (les spermicides actuels augmentent les risques de transmission du sida à cause du risque d’irritation).

Les méthodes d’abstinence périodique, plus efficaces qu’on ne le pense

Ces méthodes consistent à repérer la date de l’ovulation pour chaque femme et d’éviter les relations sexuelles pendant les périodes à risque de grossesse. En utilisation parfaite, on observe seulement 3 à 5 % d’échec, mais en utilisation réelle, 25 % d’échec. On peut noter ici, à quel point la qualité de la mise en œuvre de ces méthodes influence leur efficacité. Et elles sont plus efficaces que le retrait ou les spermicides.

Le préservatif

Même parfaitement bien utilisé, il n'est pas extrêmement fiable comme contraception. Les échecs du préservatif sont de l'ordre de 5% si son utilisation est parfaite (5 grossesses pour 100 couples qui l'utilisent systématiquement pendant un an). Mais de l'ordre de 15% quand il est utilisé de manière typique (plus ou moins proche des conditions d'utilisation recommandées).

Le préservatif n'est pas le plus efficace comme contraception, mais il l'est en tant que protection contre les Infections Sexuellement Transmissibles (IST), ce qui explique la publicité méritée qu'on lui fait !

Le préservatif féminin

Il est moins efficace que le préservatif masculin. Le taux de grossesse non désirée avec utilisation du préservatif féminin est de 5 % en cas d'utilisation parfaite (5 % pour le préservatif masculin) et 21 % en cas d'utilisation typique (contre 15 % pour le préservatif masculin).

Le préservatif féminin est donc moins efficace que le préservatif masculin et moins utilisé !

Les pilules combinées ou minipilules

Avec les pilules combinées ou minipilules (pilules les plus prescrites), le taux d'échec varie beaucoup. Le taux d'échec est très bas en cas de prise très régulière, mais beaucoup plus élevé en cas d'oublis.

Les échecs contraceptifs avec la minipilule ou pilule combinée, sont de 0,3 % en cas d'utilisation parfaite et de 8 % en cas d'utilisation typique. Les oublis sont très fréquents et à l'origine d'un grand nombre de grossesses.

Le patch contraceptif (Evra)

Le taux d'échec contraceptif du patch contraceptif (Evra) est exactement le même qu'avec la pilule. En effet, il s'agit du même médicament délivré sous une autre forme.

On aurait pourtant pu s'attendre à un taux plus bas ! Ce taux est de 0,3 % en cas d'utilisation parfaite et de 8 % en cas d'utilisation typique.

L'anneau contraceptif (Implanon)

Le taux d'échec de la contraception en cas d'utilisation de l'anneau contraceptif (Nuvaring) est le même que celui d'une pilule contraceptive.

Les taux d'échec et d'efficacité sont exactement les mêmes que ceux de la pilule.

Le stérilet au cuivre

En utilisation réelle, le stérilet est plus efficace que la pilule (Chiffres pour Paragard T).

Une fois mis en place, on ne peut pas oublier de le prendre ! Le taux de grossesse est de 0,6 pour 100 années femmes en cas d'utilisation parfaite et 0,8 % en cas d'utilisation typique.

L'implant (Norplant)

Cette méthode extrêmement efficace n'est pas la plus utiliséeà cause de ses inconvénients : saignements pendant des cycles, cycles très perturbés, nécessité d'une mini-intervention pour ôter l'implant, donc réversibilité moins facile que la pilule. Le taux d'échec : 0,05 %. Une seule méthode serait plus efficace : l'abstinence !

La contraception d'urgence

La pilule du lendemain est prise dans les 72 heures suivant le rapport à risque permet d'éviter au moins 75 % de grossesses. C'est une contraception de rattrapage, loin d'être aussi efficace que la pilule classique.

Néanmoins, si au-delà des 72 premières heures son efficacité diminue, elle persiste jusqu'à 5 jours après le rapport à risque. Cela vaut encore la peine de la prendre ! Et jusqu'à 7 jours après un rapport à risque, il existe aussi la solution du stérilet du lendemain.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 25 Septembre 2006 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 20 Novembre 2013 : 11h26