Confirmation : travailler de nuit, c’est mauvais pour la santé !

© Istock

Quelles sont les conséquences sanitaires du travail de nuit et des horaires atypiques ? Saisie pour évaluation, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient de rendre un avis d’expertise, confirmant que la perturbation des rythmes liée au travail en horaires décalés détériore l’état de santé du travailleur de nuit. Autrement dit, travailler de nuit, c’est mauvais pour la santé !

PUB

Le travail de nuit perturbe les rythmes biologiques

De nombreux travailleurs sont concernés par des horaires et rythmes de travail dits « atypiques » (travail posté, travail de nuit, entre 21 heures et 6 heures, horaires fixes ou alternants). En 2012, on a estimé à 3,5 millions le nombre de personnes travaillant de nuit, soit 15,4 % des salariés. Or ces travailleurs nocturnes « sont généralement soumis à̀ des facteurs de pénibilité physique plus nombreux, une pression temporelle plus forte (horaires, contraintes de rythmes, délais, etc.), des tensions avec leurs collègues ou le public plus fréquentes ». De telles contraintes ont de sérieuses répercussions sur lasanté comme l’indiquent les conclusions de l’expertise de l’Anses.

PUB
PUB

Travailler de nuit : quelles conséquences pour la santé ?

L’évaluation des risques sanitaires pour les professionnels exposés à des horaires atypiques, en particulier ceux soumis à un travail de nuit, régulier ou non, met en évidence des risques selon plusieurs niveaux de preuves scientifiques. Tous sont liés à la désynchronisation des rythmes biologiques, renforcée par la lumière de jour pendant le repos, une température en journée plus élevée la nuit, un niveau de bruit diurne plus important, le rythme social et les obligations familiales.

  • Le travail de nuit favorise la somnolence, nuit à la qualité de sommeil et réduit le temps de sommeil total.
  • Favorise le syndrome métabolique.
  • Agit sur la santé psychique et diminue les performances cognitives.
  • Augmente le risque de sur-poids et d’obésité, de diabète de type 2 et de maladies coronariennes (ischémie coronaire, infarctus du myocarde).
  • Favorise probablement les troubles lipidiques (comme l’excès de cholestérol), l’hypertension artérielle et les accidents vasculaires cérébraux ischémiques.
  • Augmente probablement le risque des cancers, notamment de cancer du sein.
  • Enfin, l’Anses reconnait une fréquence et une gravité accrues des accidents lors du travail de nuit.

À ce tableau, l’Anses précise cependant que « les effets du travail de nuit sur la santé des salariés qui y sont soumis ne sont pas univoques et systématiques ». Ils dépendent d’un ensemble de facteurs individuels, sociaux et familiaux pouvant diminuer ou amplifier les effets du travail de nuit sur la santé des salariés.

L’Anses préconise de poursuivre l’évaluation de l’impact sanitaire des horaires atypiques et de renforcer la prévention via une optimisation des modes d’organisation du travail de nuit afin de minimiser les impacts sur la vie professionnelle et personnelle (surtout sur la désynchronisation des rythmes et la dette de sommeil). Protéger la santé des travailleurs de nuit (durée maximale quotidienne de travail, temps de pause, repos quotidien minimal, repos compensateur ou encore suivi médical…) devient une priorité de santé publique.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 23 Juin 2016 : 16h06
Mis à jour le Jeudi 23 Juin 2016 : 16h06
Source : Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), Les risques pour la santé liés au travail de nuit, 22 juin 2016, https://www.anses.fr/fr/content/l%E2%80%99anses-confirme-les-risques-pour-la-sant%C3%A9-li%C3%A9s-au-travail-de-nuit.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés