Comment surveiller son hypertension artérielle ?

Votre tension artérielle peut subir des variations, souvent à la hausse, sous l’influence de divers facteurs. Mesurez-la régulièrement vous-même, c’est très facile.

Publicité

Entendu à la pharmacie :

  • « Je prends ma tension tous les jours et je ne trouve jamais les mêmes chiffres. »
  • « Je prends régulièrement mon médicament, mais ma tensionne baisse pas et parfois elle monte. »
  • « Je n’ai pas d’autotensiomètre, quand j’ai un doute je fais vérifier ma tension à la pharmacie. »

Surveiller et contrôler l'hypertension artérielle

Ne confondez pas pression artérielle systolique (PAS), maximale et pression artérielle diastolique (PAD), minimale.

Publicité
Publicité
  • La PAS traduit l’état de fonctionnement du cœur et des artères de grande taille (coronaires, carotides) qui peuvent durcir et se boucher.
  • La PAD est le reflet du fonctionnement des artères de petite taille (artérioles) qui peuvent rétrécir.

Quand la quantité de sang circulant est plus faible, il se produit une souffrance aiguë de l’organe concerné (cerveau, rein, foie, muscles). Le taux optimal recommandé (exprimé en millimètres de mercure) PAS/PAD est de 120/80 mmHg ; on parle d'hypertension artérielle (HTA) à partir de 140/90 mmHg.

L’hypertension artérielle (HTA) peut être due soit à une élévation de la PAS seule, soit à l’élévation de la PAD seule, soit à l’élévation des deux. Le risque de complications cardiovasculaires existe dans les trois cas.

Si vous êtes diabétique, candidat au cholestérol ou en surpoids, vous devez la dépister précocement, c'est une maladie silencieuse qui vous expose à des risques artériels parfois mortels.

Hypertension : pas de traitement miracle

L’hypertension est dite essentielle lorsqu’elle n’a pas de cause apparente (90 à 95 % des cas), il existe cependant des facteurs prédisposants : antécédents familiaux, prise de poids à la quarantaine surtout chez l’homme sous forme de graisse abdominale, âge, "on a l’âge de ses artères", tabagisme, diabète, cholestérol, sédentarité…

Les antihypertenseurs sont destinés à faire baisser la tension en dessous de 140 mmHg, même chez le sujet âgé. Abaisser d’un point (10 mmHg) la pression artérielle (PA) réduit de 45 % le risque d’AVC (accidents vasculaires cérébraux) et de 25 % celui d’infarctus.

Mais le patient hypertendu ne doit pas tout attendre de son traitement : les médicaments ne guérissent pas l’hypertension artérielle, ils redonnent de la souplesse aux artères. Le patient doit aussi respecter certaines règles hygiénodiététiques et pratiquer une autosurveillancede sa tension.

 
Publié par Christelle Piat le Vendredi 27 Janvier 2012 : 14h37
Mis à jour le Lundi 27 Février 2012 : 17h05
Source : Bien-Etre & Santé