Comment parler de la sexualité avec son ado ?

Parler de sexe avec son enfant reste tabou dans la plupart des familles : peur de ne pas trouver les mots, le moment ou le courage… tout est prétexte à repousser cette confrontation. Mais l'ado a besoin de réponses. Même si le rôle des parents n'est pas prioritaire dans la découverte de sa sexualité, il faut savoir se montrer à l'écoute de son adolescent. Les conseils du psychiatre Patrice Huerre, chef du service psychiatrique pour lycéens et étudiants à la Clinique Heuyer (Paris).
Publicité

Le bon moment

Depuis les années 70, l'âge moyen des premiers rapports se stabilise autour de 17 ans pour les garçons et de 18 ans pour les filles. Pourtant, la majorité sexuelle a été légalement fixée à 15 ans en France. En fait, les adolescents commencent très tôt à se poser des questions sur la sexualité. Au moment de la puberté, les transformations physiologiques et physiques dont ils font l'objet attisent leur curiosité. Selon le Dr Huerre, « il ne faut pas attendre que les adolescents soient débordés par les transformations pour leur parler de sexualité. » Même s'ils ont peur de le montrer, les jeunes sont en grande demande : le sexe les intrigue et les attire. C'est en effet pour eux le moyen d'atteindre la reconnaissance des adultes et des copains. Avant même que les enfants en fassent la demande, on peut donc engager le dialogue pour dédramatiser le sujet, sans trop le banaliser…

Publicité
Publicité

Des mots pour le dire

Les parents n'ont qu'un rôle secondaire dans l'éducation sexuelle de leurs enfants. Les principales sources sont en effet les médias (presse, radio, télé), les copains et, dans une moindre mesure, le collège et le lycée. Les informations pratiques et préventives étant acquises à l'extérieur du nid familial, « le rôle des parents peut se restreindre à un témoignage », affirme le psychiatre. En fait, le jeune a besoin d'entendre que ses parents sont passés par cette période de questionnements et de doutes en somme, qu'il est comme tout le monde ! Dans un « langage adulte », vous devez par ailleurs apprendre à votre adolescent à faire le lien entre les informations physiologiques reçues en classe de biologie et la vie affective. Mais attention, « les parents n'ont pas à raconter leur propre vie sexuelle aux adolescents », précise le Dr Huerre. Bref, votre vie intime, sans être secrète, doit rester discrète. Et si les mots vous manquent pour aborder de tels sujets avec votre adolescent, faites-vous aider d'un généraliste ou d'un psychiatre

 
Publié par Psychonet Production le Vendredi 05 Juillet 2002 : 02h00