Cocktail de longévité

Une statine (un hypocholestérolémiant), trois antihypertenseurs, un peu d'aspirine et un soupçon d'acide folique, ce cocktail médical, administré quotidiennement à tous à partir de 55 ans, permettrait de réduire de 80% le risque de maladies cardiovasculaires. Ce nouveau concept multimédicament préventif a beaucoup d'avenir.
PUB

L'idée est d'une simplicité enfantine : s'attaquer en même temps à quatre facteurs de risque cardiovasculaire : le LDL-cholestérol, l'homocystéine, la pression artérielle et les plaquettes. En effet, de faibles taux de mauvais cholestérol, d'homocystéine, des plaquettes sanguines à la limite inférieure des valeurs normales et une tension artérielle plus basse sont reconnus pour diminuer la fréquence des maladies cardiovasculaires.

Les auteurs de ce concept, deux chercheurs britanniques, s'appuient sur l'analyse de plus 750 essais cliniques incluant plus de 400.000 patients. Ils estiment qu'une telle association médicamenteuse et vitaminique réduirait les évènements coronaires de 88% et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) de 80%. Selon leurs calculs, un tiers des personnes prenant cette pilule à partir de l'âge de 55 ans gagnerait en moyenne onze à douze années de vie sans souffrir d'évènements coronaires ni d'AVC. De plus, les effets secondaires indésirables de ce poly-traitement sont minimes.

PUB
PUB

Polypill, déjà breveté !

Les auteurs de cette formulation audacieuse ont déjà déposé un brevet sous le nom de « polypill ». Elle pourrait se composer de la façon suivante :

  • une statine (atorvastatine 10mg ou simvastatine 40mg par exemple) ;
  • trois antihypertenseurs, chacun à une dose réduite de moitié par rapport à la posologie standard (un thiazide, un bêta-bloquant et un inhibiteur de l'enzyme de conversion par exemple) ;
  • de l'acide folique à 0,8mg/jour ;
  • de l'aspirine à raison de 75mg/jour.

Cette idée de traiter tout le monde à partir d'un certain âge et d'abandonner la prophylaxie sur mesure, est un sujet à controverse qui va très certainement amener nombre de débats.Quoi qu'il en soit, n'oublions pas qu'une bonne hygiène de vie, très simple à mettre en oeuvre, contribue déjà directement à abaisser les risques cardiovasculaires : lutte contre la sédentarité, pas de tabagisme, pas d'excès d'alcool, pas de plats préparés industriellement, ni trop de sel.Mais vu comment ces directives préventives sont suivies par l'ensemble de la population, cette formule, proposant de prendre une pilule chaque jour, comme nombre d'entre nous le font déjà, pourrait bien trouver preneurs.

Publié le 08 Juillet 2003
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : British Medical Journal, 326 : 1419-1423, 2003.