Le co-dodo ou co-sleeping, impliqué dans 75% des morts subites du nourrisson

© Istock

Une nouvelle étude confirme que le co-dodo ou co-sleeping, qui consiste à faire dormir son bébé à côté de soi dans le lit des parents, augmente le risque de mort subite, particulièrement chez les bébés de moins de 3 mois.

Ce mode de couchage qui est répandu aux États-Unis, mais qui se pratique aussi enFrance, est à proscrire.

PUB

Le co-dodo augmente le risque de mort subite du nourrisson

La mort subite a fortement diminué grâce aux campagnes de prévention invitant les parents à faire dormir leur bébé sur le dos et non sur le ventre. Mais nombre de morts subites du nourrisson sont encore évitables, comme le démontre cette étude américaine. Les chercheurs ont analysé les causes de décès de plus de 8.200 bébés durant leur sommeil dans 24 centres américains entre 2004 et 2012.

75 % des décès de bébés de moins de 3 mois sont survenus alors qu’ils dormaient dans le même lit que leurs parents. Chez les bébés un peu plus âgés, au-delà de 3 mois, le partage du lit parental a été impliqué dans 60 % des décès. Autrement dit, si le co-dodo est à éviter à tout âge chez les bébés, il est le plus redoutable avant l’âge de 3 mois. Au-delà de 3 mois, le principal risque est lié au couchage sur le ventre (40 % des cas de décès contre 30 % avant 3 mois). Il est donc important de tenir compte de l’évolution des risques avec l’âge.

PUB
PUB

Prévention de la mort subite : le bon mode de couchage

  • Coucher bébé dans le lit des parents est donc à proscrire, même si ce mode de couchage peut sembler avantageux en raison de la proximité et par facilité pour allaiter durant la nuit. Pour ces mêmes raisons pratiques, il est recommandé à la place d’installer le lit du bébé à côté ou au pied du lit des parents, au moins durant les premiers mois du nourrisson.
  • Les nourrissons doivent impérativement dormir sur le dos, quitte à les repositionner autant de fois que nécessaire, et dans une turbulette ou gigoteuse.
  • Ils doivent également dormir sur un matelas ferme, sans aucun doudou ou textile sous lesquels il pourrait s’enfouir : pas d’oreiller, de drap, couverture ni peluche dans son lit.
  • Prudence aussi avec les tours de lit. Le mieux étant de les éviter.
  • Et bien entendu, dans un lit homologué ! Attention notamment au lit à barreaux dont la largeur ne serait pas réglementaire.
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 15 Juillet 2014 : 17h21
Mis à jour le Mercredi 16 Juillet 2014 : 09h21
Source : Colvin J.D. et al., Pediatrics 2014;134:e406–e412, doi:10.1542/peds.2014-0401.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés