La cleptomanie, une maladie psychique difficile à comprendre

Être cleptomane, ne pas pouvoir s'empêcher de voler dans les magasins, cela peut prêter à sourire ou à en faire des blagues ou des films comiques. Mais quand on vit cette réalité au jour le jour, la vie est beaucoup moins souriante.
PUB

Juliette gagne bien sa vie, mais elle est boulimique... et cleptomane. Elle vole des bijoux en toc dans les grands magasins, et cela depuis quelques années, sans jamais se faire prendre. Personne n'est au courant de cette manie, et elle collectionne les bijoux qu'elle cache soigneusement pour que nul ne se doute de son comportement.

Les cleptomanes comme Juliette éprouvent une sorte de tension qui est soulagée par le fait de voler. Ils ressentent un désir très fort de s'accaparer des objets d'une manière interdite. Il ne s'agit pas d'un simple désir de possession comme chez les collectionneurs car ils pourraient la plupart du temps s'offrir ce qu'ils dérobent de manière tout à fait honnête en payant leurs achats. Ce n'est pas la pauvreté qui les pousse à agir ainsi. D'ailleurs les objets volés ont souvent une faible valeur marchande.

PUB
PUB

La cleptomanie, un trouble de l'impulsion

Tous les cleptomanes ne sont pas attachés aux objets volés comme Juliette qui les collectionne. Certains n'ouvrent même pas le paquet qu'ils ont volé, ou le déposent dans un coin pour ne plus y penser. Finalement, c'est l'acte de voler lui-même qui est excitant. Il s'agit donc d'un trouble de l'impulsion.

Qui sont les cleptomanes ?

Il s'agit le plus souvent d'une femme (dans les trois quarts des cas), qui a entre 30 et 40 ans, vit dans un milieu social plutôt aisé. Un quart des cleptomanes est boulimique ou sinon, souffre souvent de difficultés psychologiques dans environ 60 % des cas. Il peut s'agir par exemple d'anxiété, ou de dépression, de conduites addictives (toxicomanie, alcool), ou de troubles obsessionnels compulsifs.

Publié par Dr Catherine Solano le Vendredi 31 Juillet 2009 : 02h00
Mis à jour le Lundi 03 Août 2009 : 02h00