Chirurgie des yeux : la fin des lunettes ?

Est-ce la fin des lunettes ? Les techniques de chirurgie réfractive (c'est-à-dire considérant la cornée comme une lentille avec ses propriétés optiques) se sont diffusées largement pour le traitement de la myopie, de l'hypermétropie et de l'astigmatisme. Quel myope n'a pas rêvé un jour de se débarrasser de ses lunettes ? Certes, les lentilles de contact sont performantes, mais les contingences de leur utilisation laissent subsister l'idée qu'il s'agit quand même de prothèses. Est-ce que je peux me faire opérer ? Est-ce possible " à mon âge ? " Quand le faire ?
PUB

Les principes de base de la chirurgie réfractive

Dans l'oeil normal, la cornée sert à modifier le trajet des rayons lumineux afin qu'ils se focalisent sur la rétine. Dans la myopie, l'oeil est trop long et les rayons lumineux arrivent en avant de la rétine. Dans l'hypermétropie c'est l'inverse, avec un oeil trop court. Dans l'astigmatisme, c'est la cornée elle-même qui a des anomalies de courbure. Lunettes, lentilles et chirurgie ont pour but de modifier le trajet des rayons lumineux. Dans la chirurgie, c'est la courbure de la cornée qui est modifiée.

PUB
PUB

Des techniques bien au point

En France à l'heure actuelle, deux techniques sont principalement employées. Elles utilisent toutes deux le laser. Le laser « excimer » agit en surface sur la cornée et l'abrase pour en modifier le rayon de courbure. Cette technique est rapide (quelques secondes) et se fait sous anesthésie locale par des gouttes de collyre en début d'intervention. Durant plusieurs jours après l'intervention, on a une gêne visuelle dominée par le phénomène de « halo » (sorte de flou) avec quelques douleurs oculaires. Le port d'une lentille est obligatoire pendant les premiers jours pour protéger la surface de la cornée. Les résultats de cette technique sont stables. L'autre technique appelée lasik utilise aussi le laser, mais cette fois-ci il creuse à l'intérieur de la cornée après ouverture de celle-ci (comme un capot de voiture). L'avantage de cette méthode par rapport à la précédente est l'absence quasi totale de gêne visuelle et de douleur. Ses inconvénients sont un risque rare, mais grave, d'infection oculaire (car il y a ouverture de la cornée) et par ailleurs, ses résultats seraient moins stables dans le temps. Les autres techniques comme la kératotomie radiaire et les anneaux intra-cornéens sont moins utilisées.

Publié le 12 Juillet 2005 | Mis à jour le 09 Février 2006
Auteurs : Dr Renaud Guichard, chirurgien