Les chiens me font peur : que faire ?

Sommaire

Peur des chiens : adopter les bons gestes

Comment se comporter face à un chien ? « En restant le plus calme possible », résume Bénédicte de Villers. Mais ce n’est pas évident quand l’angoisse est là… Concrètement, qu'est-ce que cela implique ?

Avec un chien inconnu qui se montre familier :

  • Se laisser renifler par le chien : c'est sa manière à lui de faire connaissance.
  • Éviter les gestes brusques.
  • Parler au chien pour lui dire bonjour.

Si l'on est face à un chien qui se montre menaçant :

  • Ne pas bouger : rester immobile est la meilleure attitude à avoir pour se protéger. Pas de gestes brusques, ni de cris, qui peuvent ressembler à une menace pour le chien et risquent donc d’entraîner des morsures.
  • Ignorer le chien, ne pas le fixer droit dans les yeux.
  • Ne pas tourner le dos au chien et ne surtout pas se mettre à courir. Par jeu ou par instinct, les chiens sont tentés de poursuivre les personnes qui courent.
  • Se protéger autant que faire se peut en interposant un sac, un cartable ou autre entre l'animal et soi.

Comment surmonter sa peur des chiens ?

Quand la peur des chiens se fait pesante et qu'elle envahit le quotidien, le recours à une aide extérieure, proposée par un professionnel, peut s'avérer d'une grande utilité. « Il est possible d'améliorer la situation assez rapidement, en quelques semaines », indique Bénédicte de Villers.

Les approches cognitives et comportementales ont notamment prouvé leur efficacité pour résoudre ce type de problème. Le principe ? Désamorcer le réflexe de peur à la vue d'un chien en travaillant sur les croyances et les cognitions et enrayer le cercle vicieux « peur - évitement - entretien de la peur » en s'exposant de manière construite et progressive à l'objet de sa peur.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Bénédicte de Villers, fondatrice de l'ASBL Canimôme.