Cancers de l'ovaire : vers un test de dépistage ?

Publié par La Fondation ARC le Samedi 19 Juin 2010 : 02h00
Mis à jour le Lundi 21 Juin 2010 : 02h00
Le dosage de quatre biomarqueurs pourrait permettre la détection précoce des cancers de l'ovaire chez les femmes ménopausées.
PUB

Un test biologique se fondant sur le dosage de quatre biomarqueurs pourrait faciliter la détection des cancers de l'ovaire à un stade précoce.

Le cancer de l'ovaire est difficile à diagnostiquer

Les cancers de l'ovaire sont des cancers de mauvais pronostic car ils sont trop souvent diagnostiqués à un stade avancé. A l'heure actuelle, il n'existe pas de test de dépistage suffisamment sensible et spécifique. La détection de ces cancers de l'ovaire passe par le dosage d'un biomarqueur, le CA-125, et par des examens d'échographie. Toutefois, l'utilisation du CA-125 ne permet de détecter que 50 à 60 % des cancers. L'échographie conduit quant à elle à la détection de trop nombreux " faux positifs " (lésions qui s'avèrent non cancéreuses lorsqu'on poursuit les examens).

PUB
PUB

4 marqueurs biologiques pourraient dépister le cancer de l'ovaire

Pour améliorer cette situation, une équipe américaine est partie à la recherche de nouveaux biomarqueurs associés aux cancers ovariens. Ces travaux ont conduit à l'identification de trois nouveaux biomarqueurs présents dans le sang des patientes : HE4, CEA, VCAM-1. Un test dosant le CA-125 et ces trois nouveaux biomarqueurs permettrait de détecter les cancers de l'ovaire précoce dans 86 % des cas et ceux de stade avancé dans au moins 93 % des cas, avec seulement 2 % de " faux positif ".

Ces résultats, très encourageants, devront toutefois être validés sur de grandes cohortes de patientes avant qu'il soit envisageable d'utiliser ce nouveau test dans la pratique courante.

Publié par La Fondation ARC le Samedi 19 Juin 2010 : 02h00
Mis à jour le Lundi 21 Juin 2010 : 02h00
Source : Journal of Clinical Oncology, 2010.
PUB
PUB
A lire aussi
PSA : un dosage à controversePublié le 11/12/2000 - 00h00

Le PSA (Antigène Prostatique Spécifique), est une protéine spécifique de la prostate. Cette molécule a révolutionné à la fois la détection, l'évaluation et le suivi du cancer de la prostate. Son utilisation clinique a surtout été marquée par l'accroissement considérable de l'incidence de ce cancer, probablement en raison du vieillissement de la population. Son dosage permet aujourd'hui d'améliorer la détection des petites tumeurs débutantes, jusque là rarement diagnostiquées à...

Des chiens détecteurs de cancerPublié le 29/07/2013 - 10h19

Les animaux disposent d’une fonction olfactive particulièrement développée et parfois très étonnante. C’est notamment le cas des chiens capables de détecter une tumeur et ainsi parfois de sauver la vie de leur maître.

Plus d'articles