Cancer pédiatrique : une ménopause plus précoce

© Istock

Chez les femmes qui ont eu un cancer pendant l’enfance, la ménopause intervient environ sept ans plus tôt.

En cause : la chirurgie, l'irradiation et certaines chimiothérapies.

PUB

La ménopause survient 7 ans plus tôt en cas de cancer pédiatrique

Aujourd'hui, plus de 70 % des patients traités pour un cancer au cours de leur enfanceou de leur adolescence obtiennent une rémission pendant de longues années. Les traitements sont donc efficaces.

Toutefois, quelles sont leurs éventuelles répercussions à long terme ? Cécile Thomas-Teinturier, endocrinologue à l'hôpital Bicêtre, et ses collègues se sont intéressés en particulier aux jeunes filles atteintes de cancer avant 18 ans : pour ces femmes, la ménopause intervient sept ans plus tôt que dans la population générale.

PUB
PUB

Ils se sont appuyés sur le projet Euro2K, qui suit des personnes ayant été traitées pour un cancer pédiatrique avant leurs 18 ans. Leur étude a concerné 706 femmes, dont 32 % ont atteint l'âge de 40 ans.

Sur les 97 femmes ménopausées, l'arrêt des menstruations était apparu à un âge médian de 44 ans (cela signifie que la moitié des femmes ménopausées l'étaient avant 44 ans), contre 51 ans dans la population générale.

Cette ménopause précoce est due aux traitements du cancer pédiatrique

Parmi elles, 29 étaient ménopausées avant 40 ans : dans un cas sur deux, cette ménopause dite précoce était due à la chirurgie.

Parmi les facteurs de risque pouvant expliquerune ménopause plus précoce, l'étude cite l'irradiation des ovaires (le risque augmentant avec la dose absorbée) et la chimiothérapie par certaines classes de molécules appelées agents alkylants.

Lorsque le traitement anticancer intervient chez une adolescente pubère, le risque s’accroît : lorsqu'il intervient après la puberté, le traitement combinant radiothérapie et chimiothérapie multiplie par 29 le risque de ménopause non chirurgicale à un âge donné.

« Ces données devraient permettre d'informer les patientes à risque de ménopause précoce pour leur conseiller de ne pas retarder leur première grossesse après 30 ans et de rassurer les femmes pour lesquelles le risque est faible », conclut Cécile Thomas-Teinturier.

Publié le 27 Décembre 2012 | Mis à jour le 10 Janvier 2013
Auteurs : La Fondation ARC
Source : C.
Voir + de sources
Thomas-Teinturier et al. Age at menopause and its influencing factors in a cohort of survivors of childhood cancer: earlier but rarely premature. Hum Reprod. En ligne le 15 novembre 2012.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés