Cancer du sein : l'aspirine augmenterait les chances de survie de certaines femmes

Publié le 12 Août 2019 à 17h30 par Sophie Raffin, journaliste santé
Une nouvelle étude parue dans la revue scientifique Cancer suggère que l'aspirine boosterait les chances de survie de certaines patientes atteintes d’un cancer du sein… mais augmenterait les risques de mortalité d'autres.
© Istock

L'aspirine est présente dans de nombreuses armoires à pharmacie. Et pour certaines femmes, cet anti-inflammatoire peut se révéler une arme efficace contre le cancer du sein. Selon une étude parue dans Cancer, une revue interdisciplinaire du journal de l'American Cancer Society, certaines patientes ayant consommé régulièrement de l'aspirine avant leur maladie ont une meilleure chance de survie.

"L'inflammation chronique joue un rôle clé dans le développement de plusieurs types de cancer, dont le cancer du sein", explique Tengteng Wang, chercheur à l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill et auteur principal de l’étude. Il ajoute "L'aspirine est un médicament anti-inflammatoire non-stéroïdien majeur qui possède des propriétés anti-inflammatoires. De ce fait, des preuves substantielles d'études en laboratoire et sur la population suggèrent que la prise d'aspirine pourrait réduire le risque de cancer du sein".

Cancer du sein : l'aspirine bénéfique pour certaines patientes, pas pour d'autres

Pour déterminer le rôle de l'aspirine lors d'un cancer du sein, Tengteng Wang et sa collègue Marilie Gammon, ont analysé la consommation de ce médicament de 1266 femmes diagnostiquées avec une tumeur au sein entre 1996 et 1997. Fin 2014, 202 d'entre elles étaient décédées de la maladie tandis que 476 étaient mortes d'autres causes.

Les deux scientifiques ont ainsi découvert que les patientes ayant un certain profil génétique avaient un risque de succomber de leur cancer ou d'une autre cause diminué de 22% à 40%, si elles avaient pris au moins une aspirine hebdomadaire, six semaines avant leur diagnostic.

Par contre, la consommation de l'anti-inflammatoire augmenterait les risques de mortalité chez les femmes n'ayant pas ce type profil génétique.

Ces réactions différentes des organismes face à l'aspirine viendraient de la méthylation. Il s'agit d'une modification chimique qui permet d'activer ou désactiver certaines activités génétiques. Ce processus est entre autres responsable de la mort des cellules. Ainsi pour les deux chercheurs, la consommation d'aspirine provoquerait des changements chimiques au niveau de l'ADN dans le sang et la tumeur et conduirait à endommager ou réparer les cellules en fonction du profil de la malade.

 

Lien aspirine/mortalité : de nouvelles recherches nécessaires

Pour l'auteur de l'étude, ce résultat pourrait permettre de mieux déterminer pour quelles patientes l'aspirine serait un atout dans leur guérison ou non. Il explique "La prise en compte des profils de méthylation de l'ADN en tant que modificateurs potentiels de l'association aspirine-mortalité pourrait fournir de nouvelles informations sur les mécanismes biologiques sous-jacents à l'utilisation de l'aspirine en relation avec la mortalité après le diagnostic du cancer du sein".

Sa collègue, le Dr Marilie Gammon, précise "Nos résultats, s'ils sont confirmés, peuvent également avoir une incidence sur la prise de décision clinique en identifiant un sous-groupe de patientes, à l'aide de marqueurs épigénétiques, pour lesquelles l'utilisation de l'aspirine avant le diagnostic a une incidence sur la mortalité. Cela peut aussi aider à affiner les stratégies de réduction du risque afin d'améliorer la survie des femmes atteintes de cancer du sein".

Toutefois, l'équipe scientifique reconnaît que de nouvelles recherches sont nécessaires pour déterminer plus précisément l'impact potentiel que peut avoir l'aspirine sur les femmes atteintes d'un cancer du sein en fonction de leur profil de méthylation de l'ADN. Elle précise également que leurs travaux n'impliquent pas que les femmes ayant une forte prédisposition au cancer du sein doivent prendre de l'aspirine. Les chercheurs rappellent aussi qu'il est important de parler avec un médecin avant de changer leurs médications.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Mots-clés : Aspirine, Cancer du sein
La rédaction vous recommande sur Amazon :