Cancer de la peau : comment se faire dépister gratuitement

© Istock

Du 14 au 18 mai, le Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV) organise la semaine de prévention et de dépistage des cancers de la peau. L'occasion de bénéficier gratuitement d'une séance de dépistage. Voici comment.

PUB

Le cancer de la peau est un fléau silencieux. Chaque année, 60 000 nouveaux cas sont diagnostiqués en France. La principale cause : une exposition imprudente au soleil. Alors, pour sensibiliser la population aux risques des UV, une semaine de prévention et de dépistage est organisée.

Du 14 au 18 mai, les dermatologues sont à pied d'œuvre, répondant à l'appel du Syndicat national des dermatologues-vénéréologues. Avec le soutien de l'Institut national contre le cancer (INCa), le SNDV va proposer plusieurs consultations destinées à rechercher des lésions cutanées qui pourraient révéler un cancer. Celles-ci seront gratuites.

PUB
PUB

Comment se faire dépister ?

Cette année, il faudra prendre rendez-vous pour bénéficier de ces séances. La plateforme, dermatos.fr, ouvre ce 10 mai. Grâce à la géolocalisation, il sera même possible de trouver le spécialiste le plus proche de son domicile ou de son lieu de travail.

En complément, une opération de télé-dépistage est organisée dans les zones mal pourvues en dermatologues. Les populations à risque (personnes âgées, agriculteurs et agricultrices, travailleurs.ses du BTP…) seront alors examinés par un praticien non spécialiste, là encore sur la base du bénévolat.

Si on trouve une lésion…

Au cours de l'examen, les médecins vont rechercher d'éventuelles lésions cutanées qui peuvent évoquer un cancer de la peau : une lésion qui ne guérit pas, une zone de peau de couleur anormale, des plaques rouges, etc.

Si un tel signe est repéré, le dermatologue remettra une fiche à présenter lors d'un prochain rendez-vous avec un spécialiste choisi par le ou la patient.e. Cette seconde consultation sera l'occasion d'un examen approfondi qui permettra de confirmer ou non le diagnostic.

Est-ce que ça marche ?

C'est la deuxième année de suite qu'une semaine de dépistage est organisée. Jusqu'ici, l'événement était concentré sur une seule journée, le "Melanome Day". Celui-ci a permis de repérer un nombre non négligeable de cancers. En 2015, 2 00 carcinomes basocellulaires – les plus fréquents – ont été détectés, ainsi que 500 mélanomes et 140 carcinomes épidermoïdes.

Mais cette semaine de dépistage n'épargne pas un suivi régulier. Il est conseillé de voir un dermatologue une fois par an pour effectuer cet examen. Cela peut être plus fréquent pour les personnes à risque, c'est-à-dire présentant de nombreux grains de beauté, une peau très claire, ayant des antécédents familiaux ou ayant souffert de nombreux coups de soleil dans leur enfance.

Publié le 10 Mai 2018
Auteur(s) : Audrey Vaugrente, journaliste santé
Source : Communiqué de presse du Syndicat national des dermatologues-vénéréologues consulté le 9 mai 2018
La Semaine de prévention et de dépistage des cancers de la peau, Institut national du Cancer, 21 juin 2017
Signes et symptômes du cancer de la peau autre que le mélanome, Société Canadienne du Cancer, consulté le 9 mai 2018
PUB
PUB

Contenus sponsorisés