Bronzez sans entamer votre capital soleil !

Si le teint diaphane, style poupée de porcelaine, était en vogue au début du vingtième siècle, la tendance actuelle est aux peaux ambrées. Cependant, si la beauté est associée au bronzage et que l'effet bonne mine procure bien-être physique et moral, le soleil peut être dangereux. En effet, coups de soleil douloureux, allergies, vieillissement prématuré de la peau et parfois cancers (mélanomes) sont le revers de la médaille.
PUB

Défendre son capital soleil

Le capital soleil est comparable à une réserve d'énergie dans laquelle l'organisme puise à chaque nouvelle exposition au soleil.

Il détermine la capacité de la peau à maintenir et à protéger ses structures internes et son bon fonctionnement face aux agressions des UV.

Variable selon les individus, notre capital soleil est défini dès la naissance et se détériore au fil du temps, jusqu'à épuisement, plus ou moins rapidement en fonction du vécu et du comportement face au soleil.

Les coups de soleil consomment rapidement ce crédit ; lorsqu'il est épuisé, le cancer menace.

PUB
PUB

En outre, selon de récentes études, 80% du capital soleil peut être épuisé avant 16 ans, il est donc essentiel de le protéger dès l'enfance et d'adopter un comportement responsable face au soleil.

Mais si les bambins sont les victimes préférées du soleil, les adultes ne sont pas épargnés. Avec l'âge notre peau devient plus vulnérable au soleil.

Le bronzage, protection naturelle

La peau se protège naturellement par deux adaptations. Dans un premier temps par un épaississement de la couche cornée et ensuite par la production d'un pigment sombre, la mélanine, qui forme un écran solaire. La qualité et la quantité de mélanine varient selon le type de peau (phototype) : certains bronzent facilement alors que d'autres rougissent.

Le bronzage est donc une sorte de réponse naturelle à l'agression du soleil.

Publié par Valériane Munoz, journaliste santé le Lundi 04 Juin 2007 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 01 Août 2014 : 13h24