Beauté de la peau : pleins feux sur la photoréjuvénation
Sommaire

Les conseils de notre spécialiste, le Docteur Beilin

Bien choisir son praticien :

La lumière pulsée n’est pas une affaire d’esthéticienne. Vous désirez profiter de cette technique ? Soyez vigilante : n’importe quel médecin peut faire de la médecine esthétique en France, ces actes ne faisant pas l’objet de remboursement, pratiquement aucun contrôle ne s’exerce. Vérifiez donc auprès de l'Ordre des Médecins (www.conseil-national.medecin.fr) la spécialité et les véritables compétences du médecin auquel vous voulez vous adresser. Préférez les médecins membres de l’AFME (Association Française de Médecine morpho-Esthétique et Anti-âge) : www.afme.org

  • Il ne faut jamais envisager la photoréjuvénation si l’on a une peau noire, ou si l’on est bronzée.

    Attendre de préférence l’hiver, puisque l’on ne doit pas s’exposer au soleil après ce traitement à la lumière pulsée. La lumière pulsée ne peut être appliquée sur un tatouage.

  • Les marques du vieillissement ne s’arrêtent pas à la limite de votre col roulé ou de votre manteau. Le cou peut (et doit) bénéficier des mêmes avantages, ainsi que le décolleté et les mains.

  • Ce traitement de photoréjuvénation peut être réalisé à tout âge, mais est particulièrement recommandé à partir de 40 ans.

  • Les ados ayant des cicatrices d’acné apprécient la photoréjuvénation qui resserre les pores et régularise le sébum.

  • Vous avez eu très récemment des injections de botox et/ou d’acide hyaluronique : attendez 15 jours avant une séance de lumière pulsée. Si vous envisagez ces injections, attendez également 15 jours après une séance.

  • Les résultats de la photoréjuvénation durent environ un an, surtout si l’on prend bien soin d’hydrater sa peau et de se protéger des UV.

Découvrez la coque de masque qui vous aide à mieux respirer sous votre masque !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Magazine Côté Santé