Audition : pourquoi les Français sont si peu appareillés ?

© getty

La France compterait plus de 6 millions de personnes malentendantes et pourtant seules 1,1 million portent une aide auditive.

Symbole du vieillissement, on dit encore que les Français n’osent pas, qu’ils ont honte de porter un appareil auditif en public. Mais est-ce bien vrai ?

Le problème ne serait-il pas aujourd’hui plutôt financier ?

PUB

5 millions de Français non appareillés

C’est ce que dénonce l’Association Surdi13 de défense des devenus malentendants ou sourds*, chiffres de l’Insee à l’appui et autres résultats de sondages.

Selon l’Insee, sur les 6 millions de malentendants, seuls 1,1 million étaient équipés d’un appareillage auditif en 2009.

Les Français font partie des Européens les moins appareillés, loin derrière

  • le Danemark (x 2,7)
  • la Norvège (x 2,6)
  • le Royaume-Uni (x 2,4)
  • la Suède (x 1,9)
  • les Pays-Bas (x 1,7)
  • la Suisse (x 1,4)
  • l'Allemagne (x 1,3)
  • la Belgique (x 0,8)
  • l'Italie (x 0,6)
  • l'Espagne (x 0,3)

La gêne de porter un appareillage n’est pas la raison. Selon l’enquête Eurotrak 2012, ce frein est l’une des dix principales raisons de ne pas s’équiper pour les Italiens, les Allemands, les Anglais, les Japonais et les Norvégiens, mais pas pour les Français, qui sont les seuls à déclarer le reste à charge financier comme frein majeur.

PUB
PUB

L’importance de cet obstacle financier a été confirmée par les résultats d’une enquête présentée lors de la dernière Journée nationale de l’audition.

Des pistes pour un meilleur appareillage auditif

Le rapport du 17 septembre 2013 de la Cour des Comptes sur les problèmes du coût élevé des équipements en audioprothèse devrait contribuer à améliorer la situation.

Certaines mesures ont été soulignées par le conseil d’administration de Surdi13 :

  • Étaler le paiement de la maintenance (le suivi) par semestre en liant son remboursement à la visite semestrielle obligatoire.
  • Faciliter l’accès aux assistants d'écoute, l'équivalent des lunettes loupe en optique. Mettre en vente libre ces systèmes peu coûteux peut bénéficier aux patients atteints de gêne auditive légère.
  • Faciliter l’achat sur internet d’audioprothèses « flexibles » sur une centrale nationale, lesquelles, via un logiciel, peuvent être adaptées et personnalisées par l’audioprothésiste.
  • Développer les réseaux de soins afin d’encadrer les malentendants et de les aider dans leurs démarches.
  • Rendre l’affichage des prix systématique. Bien que ces produits soient des produits remboursés par la Sécurité sociale, les prix dans les vitrines des magasins doivent être clairement affichés. Il en est de même des prix des prestations pratiqués par les audioprothésistes dans les salles d’attente. Une telle démarche facilite la transparence et la concurrence.

* L’association Surdi13 de défense des devenus malentendants ou sourds s’investit pour faire évoluer la pratique en audioprothèse ainsi que la règlementation pour rendre l’appareillage auditif financièrement accessible et satisfaisant.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 20 Novembre 2013 : 16h18
Mis à jour le Jeudi 21 Novembre 2013 : 08h13
Source : Communiqué de presse de l’Association Surdi13, 7 novembre 2013.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés