Aspartame et autres édulcorants : attention au buzz !

Le 11 janvier, Europe 1 publiait un article titré « Les soupçons sur l’aspartame relancés ». Celui-ci accuse une nouvelle fois l’aspartame et les autres édulcorants d’être dangereux. Mais qu'en est-il vraiment ?

PUB

Pour être précis, il est indiqué que boire des sodas édulcorés pendant la grossesse, augmente le risque d’accouchement prématuré. Selon la quantité consommée, de 1 à plus de 4 sodas par jour, les pourcentages annoncés vont de 27% à 78% de risque en plus ! Une autre étude suggérerait que « l’aspartame favorise à long terme les risques de cancer, notamment du foie et du poumon. »

Ces informations ont été relayées par de très nombreux médias, contribuant à affoler le grand public.

Pourtant, ces deux études sont à prendre avec des pincettes, comme l’indique l’article de docbuzz, qui a pris la précaution d’aller consulter les études en question (dont les sources ne figuraient pas dans l’article d’Europe1 !).

PUB
PUB

Au final, la 2e étude porte sur des souris en gestation et n’est donc pas assurément transposable à l’homme. Quant à la première, les pourcentages annoncés sont des risques relatifs. Docbuzz l’explique bien : « si une femme a fait un accouchement prématuré dans un groupe, et deux femmes dans l’autre groupe, l’augmentation du risque est de + 100 %. » C’est énorme et ce n’est pas la réalité !

Au final, ces deux études ne sont pas de nature à faire revenir les autorités sanitaires sur leur position : il n’y a pas à ce jour d’étude montrant que l’aspartame est dangereux pour la santé.

Que retenir en pratique de cette histoire ?

Les excès, d’édulcorant comme de tout autre ingrédient et aliment ne sont jamais bons. Le faux sucre est donc à consommer avec modération. Il n’est pas recommandé de consommer 4 sodas par jour, light ou non, et que l’on soit enceinte ou non.

Par ailleurs, il convient aussi de comparer les édulcorants avec le « vrai » sucre, dont la toxicité a été largement démontrée en cas d’excès. Trop de sucre favorise le diabète, l’infarctus et le cancer. A méditer !

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 17 Janvier 2011 : 09h15
Mis à jour le Lundi 17 Janvier 2011 : 09h25
Source :  Europe1.fr, 11 janvier 2011 ;  docbuzz.fr, 12 janvier 2011 ; Thorhallur I.H. et coll., Am. J. Clin. Nutr., 92 (3): 626-633, septembre 2010.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés