Arrêt du tabac : on peut lire vos chances de réussite dans votre cerveau

L’arrêt du tabac est tellement difficile que le passage à l’acte puis l’abstinence dans la durée passent forcément par une bonne dose de motivation. Or la motivation, elle s’exprime dans votre cerveau et peut être visible.

Selon cette étude américaine, il est possible de mesurer votre degré de motivationà arrêter le tabac en observant l’activité de votre cerveau dans une zone particulière.

Cette expérimentation a consisté à enregistrer par scanner l’activité du cerveau de volontaires fumeurs, pendant qu’ils étaient exposés à des messages sur l’arrêt de la cigarette. On constate ainsi que plus l’activité du cortex préfrontal médian du cerveau est élevée, plus les chances de réduire la cigarette dans le mois sont élevées. Autrement dit, l’activité de notre cerveau permet de prédire à un moment donné les chances de succès à l’arrêt…

Que retenir en pratique ?

En pratique, va-t-on passer tous les fumeurs au scanner ? Non, bien sûr. En revanche, on peut retenir que la motivation est un des moteurs principaux à l’arrêt du tabac. Il ne faut pas négliger la phase préalable à tout arrêt qui consiste à tout faire pour renforcer cette motivation. Prenez le temps par exemple de mettre en balance les avantages et les incontinents du tabac, à court et à long terme : économies, santé, odeur du tabac, pulsions, liberté…

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Falk E. B. et coll., Health Psychology , 24 janvier 2011.