Anorexie, boulimie : ces troubles apparaissent aussi après 40 ans

Déni flagrant des troubles du comportement alimentaire

Souvent méconnus, ces troubles des conduites alimentaires ne sont pas toujours pris en charge. C'est d'ailleurs le plus souvent l'entourage, le conjoint ou la fille, qui, inquiet face à cet amaigrissement progressif ou à la pratique trop intense d'un sport, alerte sur ces troubles. En effet, à l'adolescence comme à la quarantaine, ces femmes en souffrance sont dans le déni de leurs troubles et résistent à la prise en charge.

Le traitement des troubles du comportement alimentaire

La prise en charge des troubles du comportement alimentaire doit être pluridisciplinaire : restauration de l'équilibre nutritionnel en collaboration avec un nutritionniste et restauration d'une image objective du corps, avec l'établissement d'un objectif de poids raisonnable et réaliste, en collaboration avec un psychothérapeute. Ce dernier permet également aux patientes de faire les deuils indispensables pour vivre en bonne intelligence avec un corps qui ne cesse de se modifier avec le temps.

L'approche nutritionnelle doit être complétée par une approche cognitivo-comportementale destinée à corriger les habitudes délétères et les schémas de pensées dysfonctionnelles.

Il est aussi essentiel de rectifier les croyances erronées sur la diététique et la physiologie : prise de poids avec l'âge, modifications liées à la ménopause, risque de maigreur excessive, etc.

#E#La pratique de la relaxation peut aussi participer à la réconciliation avec l'image corporelle.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Congrès Hebdo, le Quotidien du médecin, 17 juin 2005.