Angioplastie, stent : comment sauvent-ils nos artères ?
Publié le 30 Septembre 2013 par Marion Garteiser, journaliste santé

Comment pose-t-on un stent ?

L’angioplastie se fait sous contrôle radiologique permanent : le chirurgien observe en direct ce qu’il est en train de faire sur un écran. Il aura aussi, avant l’opération, procédé à une coronarographie, c’est-à-dire qu’il possède déjà une image précise du chemin des artères.

Le jour de la pose, il introduit dans l’artère, au niveau de l’aine ou du bras, un tuyau souple (cathéter) dans une artère. L’extrémité du tuyau est alors remontée jusqu’à la zone touchée. On introduit ensuite dans le tuyau une sonde qui se termine par un petit ballonnet. Celui-ci est gonflé brièvement pour ouvrir l’artère. On remonte enfin, toujours par le même tuyau, le stent qui sera posé dans l’artère.

PUB
PUB

Quelles sont les conséquences d’une angioplastie ?

Toute l’opération est rapide – moins d’une demi-heure en général. Certains patients peuvent sortir de l’hôpital le jour même, d’autres doivent rester hospitalisés 24 heures ou quelques jours.

Mais d’une manière générale, l’opération est plutôt facile à vivre. Le patient reste conscient mais sous calmants pour l’aider à se relaxer. Dans les jours qui suivent, il faut prendre du repos et éviter de conduire, mais au bout d’environ une semaine, si l’opération n’a pas présenté de complications particulières, il est normalement possible de reprendre une activité normale.

Source : NHS Choices – Coronaary angioplasty ; Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, Issue 1. Art. No.: CD004588. DOI: 10.1002/14651858.CD004588.pub3. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 9. Art. No.: CD000515. DOI: 10.1002/14651858.CD000515.pub4. (1) Drug Eluting Stents en Belgique: Health Technology Assessment. KCE reports 66B, 2007.