Allergies respiratoires, pensez à l’immunothérapie !
Sommaire

Qui peut en bénéficier ?

Sans diagnostic, pas de proposition de traitement. Du fait d’une méconnaissance générale -des médecins comme du grand public- des allergies, le temps moyen entre le début des symptômes et la cure d’immunothérapie est de sept ans.

Le candidat parfait est l’adulte jeune ou l’enfant qui souffre de symptômes respiratoires rythmés par ses contacts avec les sources d’allergènes et qui ne veut pas ou ne peut pas suivre un traitement pharmacologique du fait soit de son inefficacité soit de ses effets secondaires. L’enfant doit être âgé de plus de 5 ans, alors que les allergologues savent bien qu’à cet âge les dés sont déjà jetés.

En pratique

L’immunothérapie allergénique administrée en injection sous-cutanée au cabinet ou à l’hôpital est la plus utilisée dans le monde…sauf en France où la voie sublinguale (mis au point par des chercheurs français) est privilégiée avec les gouttes et récemment le comprimé sous la langue. Si la voie sous-cutanée expose à des effets très sévères (asthme aigu grave, réactions anaphylactiques/généralisées) mais exceptionnels entre de bonnes mains, la voie sublinguale nécessite moins de précautions et peut être prise à domicile. Des réactions locales peuvent apparaître (prurit/démangeaisons de la cavité et des muqueuses buccales ou œdème local léger), mais les réactions plus graves sont rares. Elles surviennent immédiatement et cèdent en quelques jours spontanément ou avec un comprimé d’antihistaminiques.

Le problème persistant est le coût annuel du traitement, environ 500-600 euros. Un traitement sur-mesure dit APSI (Allergènes Préparés Spécifiquement pour un Individu) est remboursé à 65% par l’Assurance Maladie, le reste étant pris en charge par les mutuelles. En revanche, des comprimés "prêts à l’emploi" aux allergènes de graminées, disponibles depuis 2010 sont remboursés à 15% seulement (de ce fait les deux tiers des mutuelles ne remboursent rien), alors que ces médicaments ont obtenu le niveau de preuve d’efficacité le plus élevé qui soit. Les comprimés "prêts à l’emploi" aux allergènes d’acariens seront bientôt sur le marché (puis ceux contre les pollens de bouleau, d’ambroisie et de cèdre du Japon). Une grande avancée. Leur taux de remboursement est une grande inconnue.

Pour en savoir plus : le site de l’association Asthme et Allergies : http://asthme-allergies.org/

Retrouvez le goût d'apprendre ! Des milliers de cours interactifs 100% en ligne sur tous vos sujets préférés !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : D’après l’interview du Pr Pascal Demoly, pneumo-allergologue, coordonnateur du département de Pneumologie au CHU de Montpellier, chercheur Inserm UMR-S 1136 (Institut Pierre Louis d'Epidémiologie et de Santé Publique) et UPMC Paris 6 - Sorbonne Universités), à l’occasion de sa présentation à l’Académie Nationale de Médecine (29 mars 2016)