Allergies : comment prévenir ?
Sommaire

Chasse aux allergènes

Identifier l’allergène auquel vous êtes sensible permet de mettre en place des mesures préventives.

Il ne faut pas sous-estimer le rôle de l’hérédité.

Quand un des parents est allergique, l’enfant a 33 % de risques de souffrir à son tour d’asthme ou d’une autre forme d’allergie et si ses deux parents sont allergiques, le risque monte à 50 %. Cela dit, le terrain familial prédisposant ne suffit pas, il faut encore rencontrer un allergène pour développer une allergie.

Allergènes courants

Il existe plusieurs centaines d’allergènes possibles et, avec la circulation mondialisée de nouveaux produits et aliments, leur nombre ne cesse d’augmenter. Il n’est donc pas toujours facile de trouver le ou les responsables de symptômes allergiques. Le médecin doit souvent mener l’enquête.

AcariensCe ne sont pas des insectes, ils appartiennent, comme les araignées, à la famille des arachnides. Pourvus de quatre paires de pattes aux extrémités recouvertes de griffes et de ventouses, ils sont invisibles à l’œil nu. Ils se nourrissent de squames (peaux mortes), débris d’ongles, poils… humains et animaux et se développent dans les endroits chauds et humides : literies, moquettes, tapis, rideaux, peluches… Surtout en automne et en hiver, quand les logements sont chauffés et peu aérés. Les acariens eux-mêmes ne sont pas allergènes, ce sont les protéines présentes dans leurs déjections et les poussières de leurs cadavres qui le sont, ils restent donc allergisants même morts !PollensLe Réseau national de surveillance aérobiologique (Rnsa) distingue trois grandes saisons polliniques.La saison des pollens d’arbres s’étend de janvier dans le sud de la France (cyprès, thuya…) à avril avec les arbres à chatons (chêne, bouleau, platane…).Celle des pollens de graminées (phléole, dactyle, ivraie, avoine…) culmine de mai à juillet, plus tard en moyenne altitude.Les pollens d’herbacées commencent, quant à eux, à se disséminer durant la saison des graminées et continuent, selon les régions, jusqu’en automne (ambroisie, pariétaire, armoise, ortie…).Autres allergènesLes blattes (cafards) dans les immeubles et les pièces humides.Certaines moisissures, dans les intérieurs vétustes et mal ventilés.Les poils et les plumes de certains animaux : chats, chiens, chevaux, lapins, oiseaux, rongeurs…Le venin d’hyménoptères (abeille, guêpe, frelon).Certains aliments : chez le petit enfant, lait, œuf, arachide, poisson, crevettes, fruits à coque ; chez l’adulte, la liste est très longue, du kiwi au soja en passant par la pomme, la noix, le céleri, etc. Et aussi le latex (gants de ménage, préservatifs), le nickel, certaines plantes d’appartement comme le ficus et certains médicaments.Vous souffrez d'une allergie : les conseils du pharmacienRhinite allergiqueUtilisez de l’eau de mer en spray ou du sérum physiologique pour réhumidifier les muqueuses nasales desséchées par les écoulements.Et prenez un médicament antiallergique (antihistaminique) en comprimés, sans ordonnance, pour améliorer les symptômes.Conjonctivite allergiqueInstillez dans les yeux plusieurs fois par jour quelques gouttes de collyre en dosettes à base de cromoglycate de sodium (sans ordonnance).AsthmeSi vous êtes en panne de médicaments (sur ordonnance), votre pharmacien peut vous dépanner avec le conditionnement contenant le plus petit nombre d’unités. Il mentionnera la délivrance sur l’ordonnance et avisera le médecin prescripteur.Inhalateur

  • Demandez conseil à votre pharmacien, il vous montrera comment vous en servir.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : "La prévention des allergies", un article du magazine Bien-Etre & Santé n°309 de mars 2014