Alerte : les poux résistent !

Deux mois après la rentrée, les poux sont déjà de retour. Ni pathologiquement grave, ni honteux, ils représentent cependant un sujet d'inquiétude croissant dans les écoles maternelles et primaires : ils sont de plus en plus résistants aux traitements.
PUB

En France, comme dans d'autres pays (Grande-Bretagne, Etats-Unis, Israël), la résistance des poux a été démontrée. Certains gènes de ces petites bêtes ont muté pour devenir résistants aux principaux insecticides. Ainsi, depuis le milieu des années 1990, les produits anti-poux, jusque-là d'une remarquable efficacité, deviennent de moins en moins actifs. Malgré plusieurs applications, les lentes persistent et lorsque l'on croit enfin en être débarrassé, l'enfant a de grands risques de se contaminer à nouveau en retournant à l'école : la boucle est bouclée. Entre les shampoings et les multiples applications, les parents changent les draps tous les jours et finissent même par en attraper eux aussi.

PUB
PUB

La résistance à la permethrine, le traitement le plus courant Outre-Atlantique, atteint 50% dans les écoles de Los Angeles. Selon d'autres données, la permethrine et le malathion, autres produits anti-poux largement utilisés, atteignent des résistances de l'ordre de 64 à 87% dans certaines régions du Royaume-Uni. Nul doute, l'efficacité des traitements déclinent et la résistance des poux est aujourd'hui qualifiée de « chronique ».

Conseils

Il est nécessaire d'attirer l'attention des parents, des instituteurs, des directeurs d'école et des pharmaciens sur ce phénomène grandissant.Les parents ont un rôle important à jouer. En effet, il semblerait qu'ils ne suivent pas toujours scrupuleusement les modes d'emploi. Par exemple, les anti-poux ne sont pas laissés suffisamment longtemps sur la tête et les vêtements ne sont pas systématiquement lavés à 60 degrés. Ainsi, les enfants se réinfectent. Sur un oreiller ou un doudou, ces hôtes indésirables peuvent survivre à l'air libre jusqu'à trente-six heures. Un temps suffisant pour aller se repositionner sur le cuir chevelu de nos petits.Inversement, nombre de parents mal conseillés n'hésitent pas à pulvériser tous les matins la chevelure de leurs enfants avec des sprays répulsifs ou des shampoings préventifs. Ces produits irritent le cuir chevelu et ont pour effet de favoriser la résistance des poux.

Un médicament anti-poux sous la forme d'un comprimé, actuellement à l'étude, pourrait représenter une solution.

Publié le 31 Octobre 2002 | Mis à jour le 06 Novembre 2002
Auteurs : Rédaction E-sante.fr
Source : http://www.
Voir + de sources
cfes.sante.fr
PUB