Affections des organes génitaux chez l'homme
Nous le savons, il peut être embarrassant de consulter un médecin pour des problèmes concernant les organes génitaux. Pourtant, certaines manifestations peuvent être ennuyeuses et méritent qu'on y prête attention.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Sommaire

Affections des organes génitaux chez l'homme : Examens

Votre médecin procédera à un examen complet. Si nécessaire, il aura recours à divers tests, comme une analyse d'urine et une échographie des testicules.

Affections des organes génitaux chez l'homme : Traitement

  • Mycose. Si les champignons sur le prépuce réapparaissent malgré toutes les tentatives de traitement telles que les crèmes antifongiques, le médecin s'assurera que les mycoses ne sont pas secondaires au diabète et pourra envisager la circoncision.
  • Condylomes. On peut les traiter de plusieurs façons. On peut d'abord appliquer de la podophylline, un liquide qui brûle les verrues. En cas d'échec, le médecin pourra appliquer de l'azote liquide ou de l'acide trichloroacétique à l'aide d'un coton-tige. Il faut toutefois prévoir plusieurs séances. Et, au besoin, il faudra anesthésier la peau et brûler les condylomes à l'aide d'un courant électrique ou d'un rayon laser. C'est une méthode radicale, qui se pratique dans le cabinet du médecin. Enfin, comme les condylomes ont une période de latence assez longue, l'usage du préservatif est recommandé pendant au moins six mois après la disparition des dernières verrues.
  • Kystes sébacés. Il est chirurgicalement possible d'enlever les kystes sébacés, mais uniquement pour des raisons esthétiques, car ils ne sont aucunement dommageables pour la santé.
  • Rétrécissement du prépuce (phimosis). Dans la plupart des cas, la circoncision est le seul traitement. Le prépuce est enlevé sous anesthésie locale ou générale. Cela permet de dégager le gland.
  • Herpès. On prescrit des antiviraux en crème. Il s'agit d'une maladie récurrente dont il est très difficile de s'en débarrasser.
  • Cancer du pénis. Le traitement consiste à pratiquer une opération pour enlever la lésion. La radiothérapie est parfois aussi une option. Dans des cas extrêmement rares, on pratiquera l'amputation du pénis.
  • Kystes de sperme. Les chirurgiens les excisent seulement s'ils sont très douloureux.
  • Inflammation de l'épididyme. Elle est traitée à l'aide d'antibiotiques. Si elle est due à une IST (infection sexuellement transmissible), il faudra également entreprendre un traitement approprié du ou de la partenaire.
  • Abcès. Ils sont soignés par drainage chirurgical.
  • Douleur inguinale. Il n'y a pas vraiment de traitement médical, si ce n'est perdre du poids pour ne pas trop tendre les muscles et suivre un programme de musculation pour les raffermir.
  • Granulomes post-vasectomie. En général, ils disparaissent après quelques jours sans aucune complication.
  • Hernie. Elle nécessite une opération mineure.
  • Varice dans le scrotum (varicocèle). Lorsqu'un varicocèle devient une source d'inconfort importante et que cela nuit au patient dans ses activités de tous les jours, on procède à une chirurgie pour le ligaturer. Par ailleurs, après un an d'infertilité et trois spermogrammes indiquant des résultats de diminution de la mobilité des spermatozoïdes, il peut être nécessaire de ligaturer le varicocèle pour corriger le problème.

Guide: 

Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005