Achat de sperme en ligne

Le premier bébé conçu à partir de sperme commandé sur Internet vient d'être mis au monde en Grande-Bretagne. Une étonnante pratique de « sperme on line » présentant des risques sanitaires et éthiques.
Publicité

Cette nouvelle est annoncée par le site web commercial britannique ManNoincluded.com, lui-même à l'origine de cette surprenante méthode de reproduction.Pour en bénéficier, il suffit de s'inscrire en ligne et de s'acquitter de la somme de 750 livres, environ 1.200 euros. Ensuite, la recherche de trois donateurs sur le site coûtent l'équivalent de 110 euros. Avant de procéder à leur choix, les futurs parents peuvent demander des informations sur le physique et la personnalité du donateur potentiel. Parallèlement, chaque donateur reçoit entre 50 à 100 livres (80 à 160 euros).Une fois l'échantillon de sperme reçu à domicile, les candidats peuvent utiliser le « kit d'insémination artificielle » qui accompagne la livraison.Il semblerait qu'un autre bébé issu de sperme acheté sur ce site soit très prochainement attendu par un couple de femmes homosexuelles. Dix-neuf autres femmes sont actuellement enceintes à l'aide de ce même « libre service en ligne ».Afin d'accroître encore son succès, le site (en ligne depuis un peu plus d'un an) offre désormais des « petits plus », comme la possibilité de choisir un donateur homosexuel ou célèbre.

Publicité
Publicité

Cette situation, rendue possible par un vide juridique, pourrait, en théorie, être utilisée par des couples français à condition de réaliser l'insémination sur le sol britannique. Nombre de voix s'élèvent afin de dénoncer cette inquiétante dérive de la conception. A côté des aspects éthiques, la sécurité des échantillons n'est pas un moindre problème. En effet, n'entrant dans aucune réglementation, comment s'assurer de leur conformité et donc exclure une possibilité de contamination de la mère par un virus ou une bactérie, sans parler de la transmission d'une maladie génétique. Il est urgent d'adopter une législation internationale visant à proscrire, comme le formule le Dr Jacques Montagut, membre du Comité national consultatif d'éthique, « l'exploitation de la misère des donneurs comme du désespoir des couples ».

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 27 Août 2003 : 02h00
Source : www.nannotincluded.com