2012 : le traitement hormonal de la ménopause (THM) n’est plus cancérigène…

Publié le 05 Novembre 2012 | Mis à jour le 12 Novembre 2012
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
© getty

Juillet 2002, les résultats de l’étude WHI (Women’s health initiative) tombent : les traitements hormonaux de la ménopause (THM) augmenteraient aussi le risque de faire un cancer du sein, de l’utérus et ils augmenteraient le risque de faire un infarctus du myocarde ou une attaque cérébrale ! 

La plupart des femmes arrêtèrent leur THM et des recommandations furent publiées pour celles qui ne pouvaient pas s’en passer à cause de l’intensité de leurs symptômes (bouffées de chaleur, etc.).

Octobre 2012 : deux nouvelles études réhabilitent les THM qui ne feraient que du bien. Un point s’impose…

PUB

De mémoire de médecin, on n’aura jamais vu cela. C’est une histoire en 3 temps qui encense un traitement, puis le démolit, puis le réhabilite…

Premier temps : prescrits après la ménopause, les estrogènes sont protecteurs…

A la ménopause, les ovaires s’arrêtent de produire des estrogènes. Outre que les règles s’arrêtent, apparaissent un ensemble de symptômes très désagréablescomme les bouffées de chaleur, l’irritabilité, la sécheresse vaginale, etc. Sans oublier que l’ostéoporose fragilise le squelette. D’où l’idée de prescrire des estrogènes en substitution : le traitement hormonal de la ménopause (THM) est né.

PUB
PUB

Ce traitement est considéré comme particulièrement efficace, car outre qu’il agit bien sur les signes climatériques (bouffées de chaleur, etc.), de nombreuses études illustrent ses bénéfices sur le cœur, le cerveau, le psychisme, la peau. Il est bien toléré et n’augmente pas le risque de cancer. Il doit être associé à un progestatif pour protéger l’utérus chez les femmes n’ayant pas subi d’hystérectomie.

Deuxième temps : les estrogènes sont cancérigènes et dangereux pour les artères

Après avoir été validé par un grand nombre d’études, le traitement hormonal de la ménopause (ou THM) est battu en brèche en 2002 par une grande étude, la WHI ou Women’s Health Initiative. Cela fait plus de 10 années que les THM à base d’estrogènes sont prescrits aux femmes pour se substituer à la carence estrogénique dont elles souffrent du fait de leur ménopause.

Or l’étude WHI conclue que ces estrogènes augmentent le nombre des cancers du sein et de l’utérus tout en élevant le nombre des accidents vasculaires cérébraux, des infarctus et des thromboses veineuses.Les prescriptions de THM s’écroulent et seules les femmes souffrant beaucoup de leurs bouffées de chaleur, ou à fort risque d’ostéoporose, peuvent encore bénéficier de ce traitement.

Soumis par la Rédaction le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés