Violences conjugales : pour en finir avec le déni

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 13 Juillet 2011 : 15h17
Mis à jour le Lundi 18 Juillet 2011 : 17h25

Selon une étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), sur deux ans, 80.000 femmes ont été victimes d'au moins un viol ou une tentative de viol au sein de leur ménage. De telles violences commises par un compagnon ou mari au sein même du foyer, représentent un crime qui reste rarement dénoncé.

Violence et viol au sein de son propre foyer

PUB

Ce crime, normalement puni par loi, n’est pas dénoncé par les victimes en raison de l'étroite proximité existante dans le couple et de l'emprise du conjoint agresseur. De plus, le viol conjugal est encore trop souvent associé au devoir conjugal.

Parmi les femmes agressées, 90% ont subi des violences physiques et près de 19% des violencessexuelles. La moitié désigne leur conjoint comme l'auteur des agressions.

Seules 19% des victimes ont vu un médecin à la suite de ces violences, pourcentage qui tombe à 11% pour les femmes ayant subi des violences sexuelles. Plus de 80% ne se déplacent pas au commissariat ou à la gendarmerie, et moins de la moitié de celles qui ont entrepris cette démarche portent plainte. Le taux de signalements et de plaintes déposés chute encore lorsque le conjoint est l’auteur des violences.

Comment expliquer ce silence ? La crainte que cela se sache, la honte, la culpabilité, la peur de ne pas être crue, le traumatisme, mais aussi la crainte des représailles, la peur que le père de leurs enfants aille en prison, etc., sont autant de freins difficiles à dépasser.

Pour rompre le cycle des violences et inciter les victimes à se défendre, le Collectif féministe contreleviol a lancé une campagne. Un film de 30 secondes a été réalisé pour dénoncer la domination du conjoint dans le cadre du viol, rappeler le cadre juridique de ce crime et inciter les femmes à s’exprimer ou à s’informer. Il existe un numéro de téléphone dédié : Viols Femmes Information au 0800 05 95 95 (appel anonyme et gratuit du lundi au vendredi de 10 à 19h).

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 13 Juillet 2011 : 15h17
Mis à jour le Lundi 18 Juillet 2011 : 17h25
Source : Communiqué Collectif féministe contre le viol, www.cfcv.asso.fr, 14 juin 2011.
PUB
PUB
A lire aussi
Devoir conjugal ou viol conjugal ?Publié le 09/03/2009 - 00h00

Le devoir conjugal et la soumission féminine ont vécu. Depuis sa reconnaissance par une jurisprudence de la Cour de cassation en 1990, le viol entre époux est enfin reconnu et le consentement à la sexualité doit être exprimé. Ou le refus respecté... Les chiffres alarmants révélés par...

Violence domestique : le rapport Henrion dénoncePublié le 08/01/2002 - 00h00

Longtemps considérée comme un problème social et judiciaire, la violence à l'encontre des femmes est aujourd'hui considérée comme un problème majeur lié aux droits de la personne humaine. A cet égard, le Secrétariat d'Etat à la Santé et aux Handicapés a réuni, fin 2000, un groupe...

Les blessures de la violence et du silence chez les femmesPublié le 05/02/2001 - 00h00

Une femme sur dix est victime de violences conjugales. Encore plus inquiétant, les deux tiers d'entre elles préfèrent garder le silence. Au vu des autres résultats dramatiques de la dernière enquête sur ce sujet, nombre d'idées reçues ont été balayées. Pour lutter contre ces violences...

Plus d'articles