Un enfant déscolarisé à cause de son épilepsie

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Lundi 28 Mai 2018 : 14h52

Dans une vidéo postée sur Facebook, une jeune maman a poussé un coup de gueule. Son fils souffre d'épilepsie sévère. Il a été déscolarisé de son école spécialisée après une crise de convulsions.

© Istock
PUB

Son coup de gueule a fait le buzz. Après avoir appris la déscolarisation de son fils de 6 ans, Coralie Cambelin s'est filmée pour dénoncer la manière dont son dossier est pris en charge. Atteint d'une forme sévère d'épilepsie, le petit Oscar a fait une crise dans l'établissement spécialisé de Béthune (Pas-de-Calais) où il était inscrit.

La vidéo, postée sur Facebook, a suscité l'émotion des internautes qui ont été plus de 120 000 à la partager. Il faut dire que la détresse de Coralie Cambelin est manifeste : les larmes aux yeux, elle se reprend régulièrement pour ne pas craquer. Elle se dit "choquée, écœurée" par sa situation.

Un jour par semaine seulement

Car Oscar n'est pas un écolier comme les autres. Atteint d'épilepsie sévère, il suit des cours mais il bénéficie aussi de soins particuliers au sein d'une structure spécialisée. Mais depuis sa crise d'épilepsie, il ne peut plus les recevoir.

"La structure a interdit l'accès à l'école à mon enfant, s'indigne Coralie Cambelin. Oscar n'est pas allé à l'école de la semaine, il n'a pas eu de soins de rééducation, d'ergothérapie, de psychomotricité, de kiné… bref, tous les soins dont un enfant en situation de handicap a besoin."

Et la situation semble insoluble. Face aux récriminations de la jeune mère, l'établissement a proposé une nouvelle solution : admettre le garçon une journée par semaine. "Je croyais que la scolarité était obligatoire à partir de 6 ans. Mais a priori quand on est handicapé, les droits on s'en fout un peu", lâche Coralie, amère.

PUB

Un long chemin vers l'école

Tout en affirmant son intention de se battre, la Béthunoise confie son désarroi : impossible de savoir vers qui se tourner ou quels soutiens obtenir. Son coup de gueule semble avoir payé. "On va essayer de construire ensemble quelque chose pour mieux accueillir Oscar", a expliqué Marc Witcazk, directeur de l'institut, à La Voix du Nord.

D'après le ministère de l'Education nationale, plus de 300 000 enfants en situation de handicap ont fréquenté un établissement scolaire public en 2016-2017. Mais ces chiffres masquent une réalité bien plus sombre. D'après l'UNAPEI, au moins 20 000 bambins ne sont pas scolarisés.

Les enfants souffrant de handicap intellectuel sont bien moins nombreux à accéder à une scolarité normale, et la fréquentation des écoles publiques diminue avec l'âge. Ils se disent également peu à l'aise au niveau des conditions d'accueil.

PUB
PUB
A lire aussi
La migraine, un handicap à combattrePublié le 12/03/2001 - 00h00

La migraine, on s'osait pas en parler de peur de passer pour « douillet ». Aujourd'hui, elle est reconnue comme une maladie pouvant entraîner un handicap important. Deux études américaines montrent sans conteste, avec chiffres à l'appui, qu'il s'agit d'un véritable problème de santé...

Epilepsie : une place pour chacunPublié le 08/01/2003 - 00h00

Avec plus de 500.000 personnes touchées en France, l´épilepsie demeure une maladie qui fait peur. La méconnaissance de ses manifestations, la diversité des symptômes de l'épilepsie et la soudaineté des crises d'épilepsie effraient les malades et leur entourage. Malgré le fait qu'ils soient...

Epilepsie de l’enfant : des signes souvent trompeursPublié le 11/11/2015 - 10h45

Chez les enfants, les crises d’épilepsie généralisées associant convulsion-perte de connaissance-secousses des membres sont exceptionnelles. Des signes plutôt discrets -souvent trompeurs- passent la plupart du temps inaperçus. Il faut néanmoins ouvrir l’œil : l’entourage de l’enfant...

Plus d'articles