Trop de résidus chimiques dans l’assiette de nos enfants !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 06 Décembre 2010 : 13h35
Mis à jour le Lundi 06 Décembre 2010 : 18h07

Selon le mouvement Générations Futures, nos enfants absorbent en une seule journée plus de 80 substances chimiques, dont près de la moitié est classée dans la catégorie des cancérigènes possibles ou probables, et 5 dans celle des cancérigènes démontrés.

Pour arriver à cette conclusion, un chariot a été rempli avec les aliments les plus consommés dans une journée par des enfants âgés d’une dizaine d’années. C’est ainsi que 5 fruits et légumes frais, une bouteille d’eau, 3 produitslaitiers et quelques friandises ont été analysés en laboratoire. Ces aliments n’étaient pas issus de l’agriculture biologique, et ils ont été achetés dans divers supermarchés de l’Oise et de Paris.

Ont été identifiés : 81 substances chimiques, dont des métaux lourds, des polluants et des pesticides. Attention, les limites légales d’exposition ne sont pas dépassées, mais l’exposition des enfants est réelle et alarmante.

Cette étude a pour but de faire prendre conscience aux citoyens et aux responsables de l’importance des facteurs de risques environnementaux.

Autrement dit, on incite nos enfants à manger des fruits et des légumes, et autres recommandations figurant dans le Programme national nutrition santé (PNNS), pour leur bonne santé, alors que ceux-ci, de part leur teneur en produits toxiques, contribuent par exemple à augmenter le risque de cancer et à réduire la fertilité…

En pratique

PUB

Rappelons que le PNNS ne recommande pas seulement la consommation quotidienne de 5 fruits et légumes par jour, mais aussi 3 produits laitiers, ainsi qu’une baisse de la quantité de sel, de matières grasses et des boissons sucrées.

Pour apprendre aux enfants à mieux se nourrir, emmenez-les avec vous faire les courses sur le marché, faites-les participer à la préparation des repas. Et justement, limitez les plats tout prêts et les produits transformés au profit des aliments frais cuisinés « maison », moins gras, moins salés, moins sucrés…

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 06 Décembre 2010 : 13h35
Mis à jour le Lundi 06 Décembre 2010 : 18h07
Source : Etude menée par l’association Générations Futures (Ex-MDRGF) et le réseau européen HEAL (Health & Environment Alliance), Rapport :http://www.mdrgf.org/menustoxiques/pdf/Rapport_assiette_toxique_281110.pdf, 1er décembre 2010. 
PUB
PUB
PUB
A lire aussi
Plan National Nutrition Santé : vaincre la " malbouffe " et l'obésitéPublié le 18/10/2005 - 00h00

PNSS : sous ces quatre majuscules, se cache le Programme National Nutrition Santé. Vaste programme, heureusement initié par les pouvoirs publics, mis en place en 2001 et relancé en septembre avec une grande campagne de communication. Comment le mettre en pratique et résister aux arguties...

Les pesticides débarquent en ville, vive le bio !Publié le 04/02/2008 - 00h00

Les enfants qui vivent en ville sont eux aussi exposés aux pesticides via les fruits et légumes frais qu'ils mangent. En revanche, les produits issus de l'agriculture biologique sont quasiment dépourvus de résidus de pesticides. Comme il n'est pas question de se passer de fruits et légumes, et...

FruitsPublié le 22/06/2001 - 00h00

Les fruits offrent une impressionnante variété d'aspect, de goûts et de texture. La botanique les définit comme étant la "partie comestible des plantes florifères qui succède à la fleur et contient les graines".

Quand l'intelligence fait manger plus de légumesPublié le 02/01/2007 - 00h00

Les végétariens sont-ils plus intelligents que les autres ? Inversement les plus intelligents optent-ils davantage pour un régime alimentaire végétarien ? Les résultats d'une étude répondent à cette question.

Plus d'articles