Tourisme médical : ne vous laissez pas tenter !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 12 Juillet 2005 : 02h00
-A +A
La Direction générale de la Santé met en garde contre les voyages touristiques incluant des actes de chirurgie esthétique pratiqués à l'étranger. En l'absence de toute garantie, ces pratiques sont très risquées.

Le tourisme combinant vacances et intervention médicale se développe dangereusement. Internet est propice à l'émergence de tour-opérateurs spécialisés dans un tel domaine. Et c'est financièrement tentant de profiter d'un voyage touristique à l'étranger pour bénéficier d'une chirurgie esthétique moins chère qu'en Europe occidentaleSeulement voilà, la Direction générale de la Santé (DGS), qui ne voit pas ces offres commerciales d'un bon oeil, vient de lancer une mise en garde pour limiter ces pratiques.

Pour ce type de prestation, les agences n'offrent aucune garantie, tant sur la qualification des médecins appelés à effectuer les soins chirurgicaux, que sur les conditions de la pratique de l'anesthésie ou le respect des règles d'hygiène et d'asepsie. La DGS demande expressément, aux personnes tentées, de prendre « pleinement conscience des risques qu'elles encourent en achetant ce type de forfait, les autorités françaises n'ayant aucun pouvoir de contrôle sur des soins et pratiques réalisés en dehors du territoire national ».

La DGS précise que les actes de chirurgie esthétique ne relèvent aucunement du statut des agences de voyages. Celles-ci ne sont pas autorisées à contribuer, de manière directe ou indirecte, à la vente de prestations de chirurgie esthétique, sous peine de retrait de licence. Et en cas de complications médicales, les assurances de ces agences ne couvrent pas la responsabilité pour ces pratiques de chirurgie. A bon entendeur !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 12 Juillet 2005 : 02h00
Source : Communiqué de la Direction générale de la Santé, prestations de chirurgie esthétique proposées par des agences de voyages dans le cadre de séjours touristiques à l'étranger, 6 juillet 2005.
A lire aussi
Morts subites : 2000 morts de trop Publié le 19/06/2000 - 00h00

Chaque année 2000 personnes pourraient être sauvées en France si l'Etat ne limitait pas la pose des défibrillateurs cardiaques implantables. Il s'agit d'un très grave problème de santé publique qui illustre bien certains dysfonctionnements de notre système de santé.

Plus d'articles