• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    0 avis
  • Commentaires (0)

Suicide : 11.000 morts qui pourraient être évitées

Suicide : 11.000 morts qui pourraient être évitéesLa 12e édition des Journées nationales pour la prévention du suicide a mis l'accent sur les relations entre le suicide et les différentes formes d'addiction (alcool, drogues, abus de médicaments...). Première cause de mortalité chez les 35-44 ans, le suicide fait chaque année en France près de 11.000 victimes. Il existe pourtant des prises en charge, notamment hospitalières.

Perçue dans le monde entier comme un pays où il fait bon vivre, la France est pourtant "l'un des pays industrialisés dont les taux de suicide sont les plus hauts", selon le professeur Michel Debout, président de l'Union nationale pour la prévention du suicide. Après plusieurs années de baisse, le taux de suicide se stabilise aujourd'hui à un niveau élevé : en 2005, 10.713 personnes se sont ainsi donné la mort. Et le nombre de tentatives est presque 20 fois plus élevé. Chaque année, les hôpitaux enregistrent environ 195.000 admissions liées à une tentative de suicide.Le phénomène représente la première cause de mortalité dans la tranche d'âge de 35 à 44 ans et la seconde chez les 15-24 ans (après les accidents de la route). On observe aussi une hausse des suicides chez les plus de 60 ans, qui représentent dorénavant plus d'un cas sur trois. Autre caractéristique : trois suicides sur quatre concernent des hommes, mais les femmes font quatre à cinq fois plus de tentatives que ces derniers.

Organisée le 5 février, la 12e édition des Journées nationales a choisi de mettre l'accent sur le lien très étroit entre addictions et suicides. La dépendance à l'alcool joue ainsi un rôle dans 15 à 40% des décès volontaires. De même, l'abus de médicaments et la consommation de drogues facilitent le passage à l'acte. Des études montrent que le risque de faire plusieurs tentatives de suicide est multiplié par deux ou trois chez les consommateurs réguliers de cannabis. Ceci vaut aussi pour les drogues dites "de la performance" (cocaïne par exemple), utilisées dans certains milieux professionnels.

Face aux addictions et aux pulsions suicidaires, les établissements de soins offrent pourtant des possibilités de prise en charge. C'est le cas en particulier des consultations alcool ou toxicomanie proposées par de nombreux hôpitaux. Les jeunes en souffrance psychologique peuvent désormais trouver appui auprès des "maisons des adolescents", adossées à des établissements de soins et dont le réseau se renforce chaque année. Enfin, les pouvoirs publics viennent de lancer une grande campagne d'information sur la dépression, qui touche plus de 3 millions de personnes de 15 à 75 ans et constitue également une cause importante de suicide. Un site dédié (lien ci-dessous) propose notamment de télécharger un guide d'une centaine de pages donnant toutes les explications et conseils utiles.Plus de renseignementswww.hopital.fr www.info-depression.frw4-web143.nordnet.fr

Article publié par le 18/02/2008
Cet article n'a pas fait l'objet de révision depuis cette date. Il figure dans le planning de mises à jour de la rédaction.

Trouvez-vous cet article intéressant ?