Savoir écouter ses enfants

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 30 Juin 2004 : 02h00
-A +A
Si vous savez écouter vos enfants, vous deviendrez pour eux une présence rassurante, sécurisante, un socle sur lequel ils pourront s'appuyer en cas de difficulté. Mais ce n'est pas toujours si simple, même avec de la bonne volonté !

« L'abbé X est un salaud » dit Mickaël à sa mère. « Mais, mon petit garçon, on ne dit pas des choses pareilles, ce n'est pas bien » répond-elle. Mickaël se taît. Quelques années plus tard, l'abbé X est en prison pour attouchements sur des enfants. La maman apprend que Mickaël aussi a été victime et elle lui demande pourquoi il n'en a pas parlé. « J'ai essayé, mais tu ne voulais pas m'écouter »

Nos enfants ont parfois des choses graves à nous dire. Maman, j'ai peur que tu meures, l'abbé X est un salaud, la maîtresse me déteste, j'ai peur de telle ou telle personneEt comme nous croyons à l'innocence, au paradis de l'enfance, bien souvent, nous bouchons nos oreilles, persuadés que tout est rose quand on est un enfant.Or c'est faux bien sûr. Un enfant peut ressentir de grandes peurs, subir d'énormes traumatismes. Ce qui compte, c'est donc de l'écouter. Pour y parvenir, il faut d'abord en être conscient ! Et puis, il est indispensable de lui témoigner toujours et systématiquement beaucoup de confiance, de ne jamais se moquer. Sinon, jamais il n'osera se confier si un événement le trouble, l'agresse ou le marque.

Il est même idéal de lui exprimer clairement qu'il peut nous dire ce qui le tracasse, que nous sommes là pour l'aider. Il faut savoir être disponible, même quand à nos yeux, il s'agit d'un problème bénin. S'il en parle, c'est bien que pour lui, ça compte. Si vous savez prendre en compte avec empathie un problème de votre enfant que vous jugez minime, il augmentera sa confiance en vous et saura que vous êtes disponible en cas d'autre problème. Si vous minimisez ses souffrances, vous risquez de l'empêcher de revenir vers vous une autre fois. Et cette fois-là, ce sera peut-être très grave

En voici un exemple terrible : il y a quelques années, un jeune garçon de 17 ans a été retrouvé mort dans son lit. À l'autopsie, on a découvert un cancer du testicule à un stade très avancé, cancer qui l'a fait mourir. Il n'avait pas osé en parler. Pour que de tels drames soient évités, il faut savoir aller au-devant de ses enfants. Leur demander régulièrement s'ils ont des soucis, si quelque chose les tracasse, s'ils ont besoin d'aideEt puis, parler de la zone sexuelle, par exemple dire qu'une anomalie, une douleur, doit être soignée, car cette partie du corps est très importante, autant que les autres.

Finalement, ce qui compte, bien sûr, c'est l'intérêt que vous portez au bien-être de votre enfant et tout autant la manière que vous avez de le lui montrer clairement !

A lire

« Parents efficaces » du Dr Thomas Gordon, éditions Marabout.Thomas Gordon est psychologue. Il a écrit ce livre à partir de son expérience clinique où il suivait des enfants et des adolescents.

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 30 Juin 2004 : 02h00
A lire aussi
Apprenez à mieux écouter grâce à la reformulation Publié le 16/08/2005 - 00h00

Savoir communiquer est un art qui semble un don naturel chez certaines personnes. Oui mais... cela s'apprend aussi. En observant les autres et en imitant, certes, mais aussi en réfléchissant, en apprenant et en s'entraînant. Voici donc un exercice qui vous permettra très facilement et de...

Gérer les relations conflictuelles au travail Publié le 10/01/2002 - 00h00

Qui ne connaît pas ou n'a pas connu des relations conflictuelles sur son lieu de travail ? Ce phénomène, très répandu en France, dépend essentiellement de relations interpersonnelles très complexes et chaque cas semble correspondre à une situation particulière. Il existe cependant des...

Hypocondriaque : malade imaginaire, angoisse réelle... Publié le 05/11/2007 - 00h00

L'hypochondrie est la conviction intime qu'ont certaines personnes de souffrir d'une maladie, alors que la médecine est incapable de découvrir quoi que ce soit. Molière appelait cela le « malade imaginaire ». Alors, si la maladie est imaginaire, pourquoi est-ce si difficile à vivre ?

Education sexuelle et amoureuse, quels rôles pour les pères ? Publié le 19/06/2015 - 09h19

L’éducation sexuelle était il y a quelques dizaines d’année passée sous silence. Chacun faisait son éducation lui-même. Puis, progressivement, les parents ont commencé à en parler à leurs enfants. Les parents ? Oui, mais surtout les mères qui en ont parlé à leurs filles. Les pères...

Plus d'articles