Rupture : les 4 phrases à ne surtout pas prononcer

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé et validé par Camille Rochet, psychologue thérapeute de couple le Mercredi 09 Mai 2018 : 16h48

Au moment de rompre, on peut être tenté d'atténuer les choses ou, au contraire, de se montrer brutal pour aller plus vite. Pour autant, tout n'est pas bon à dire. Certaines phrases sont à éviter absolument. Voici lesquelles.

© Istock
PUB

Après l'amour, c'est sans doute l'un des sujets qui a alimenté le plus de chansons et inspiré le plus de poèmes. Il faut dire que la rupture est un événement courant. Chaque année, plus de 300 000 couples se séparent, mariés ou non.

Malgré cette triste banalité, nous commettons tous des erreurs au moment de mettre fin à une relation amoureuse. "Il s'agit d'une période extrêmement délicate et sensible, souligne Camille Rochet, psychologue et thérapeute de couple. Tout ce qui sera dit risque d'être mal compris, mal interprété ou minimisé."

Sans marcher sur des œufs, il convient d'être délicat envers l'être autrefois aimé. Car certaines phrases peuvent avoir un effet dévastateur. Faisons le point sur celles à ne surtout pas prononcer.

"Je ne t'aime plus"

PUB

Pour de multiples raisons, il arrive que les sentiments s'affadissent avec le temps. On pourrait, alors, être tenté de faire preuve d'une honnêteté radicale et trancher dans le vif. En prononçant ces mots : "Je ne t'aime plus."

Selon Camille Rochet, ce serait faire preuve d'une violence excessive. "C'est très dur, très violent. Personne n'a envie d'entendre cela, estime l'autrice de Ma boîte à outils pour être un couple épanoui. On peut ne plus aimer mais conserver un certain attachement envers l'autre."

Mieux vaut donc, faire preuve de délicatesse vis-à-vis de la personne que l'on quitte. Et, pourquoi pas, d'un minimum d'empathie. "Rester insensible est, à mes yeux, irrespectueux par rapport à la relation qui a été partagée", tranche la thérapeute de couple.

N'hésitez donc pas à évoquer votre attachement pour celui ou celle qui vous quittez, à vous montrer rationnel. "On ne perd rien à faire preuve d'empathie, confirme Camille Rochet. Mais il ne faut pas non plus essayer de donner de l'espoir."

PUB
PUB
A lire aussi
Un proche atteint d'un cancer : comment le soutenir ?Publié le 12/03/2007 - 00h00

Apprendre que quelqu'un qu'on aime est atteint d'un cancer provoque un choc violent. Comment vivre avec la maladie de l'autre, l'aider à la surmonter, l'accompagner même dans ses moments de découragement ? Marie-Armelle Roquand, psychologue clinicienne et psychanalyste au Centre Régional de...

Plus d'articles