Le risque de thrombose veineuse n'est pas un frein à la pilule de 3ème génération

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 08 Octobre 2001 : 02h00
-A +A
Toutes les pilules contraceptives combinant deux hormones, oestrogène et progestatif, ont été associées à un risque de thrombose veineuse (caillot dans les veines). Cependant, selon un rapport d'experts portant sur la réévaluation des pilules dites de 3ème génération, ce risque est faible et ne justifie pas l'arrêt de la pilule.

L'Agence européenne pour l'évaluation des médicaments (EMEA) a rendu ses conclusions et recommande aux femmes « de ne pas interrompre leur contraception orale si celle-ci est bien tolérée. »A titre d'exemple, le risque d'accident thromboembolique veineux associé à la pilule est plus faible que celui observé au cours de la grossesse. Par ailleurs, même si les pilules de 3ème génération présentent un risque très légèrement plus élevé que celle de deuxième génération, ces réactions indésirables graves restent rares. En effet, 99,95% des femmes n'auront aucun problèmes sérieux sous pilule. De plus, le risque le plus important a lieu uniquement durant la première année d'utilisation.

Le Comité européen propose donc de faire figurer ces risques et ces différences en fonction du type de pilule dans les mentions obligatoires destinées aux médecins, ainsi que dans les notices d'information des patientes. L'AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) a adressé une lettre aux praticiens contenant ces données et rappelant les précautions et contre-indications de la contraception orale.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 08 Octobre 2001 : 02h00
A lire aussi
Contraception, où en est-on ? Publié le 10/08/2014 - 22h00

La polémique sur les pilules de 3ème et 4ème générations et leur déremboursement a conduit les femmes à s'intéresser à d'autres modes de contraception. Attention, si certaines méthodes comme le DIU sont efficaces, d'autres sont plus risquées...

Plus d'articles