Plus de phlébites en hiver

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 12 Octobre 2001 : 02h00
-A +A
Nombre d'études ont établi une variation saisonnière de l'embolie pulmonaire fatale. Elle survient plus fréquemment durant l'hiver. En revanche, en ce qui concerne les phlébites ou les thromboses veineuses profondes, rien n'avait encore été démontré. Un travail mené par des chercheurs niçois vient de le prouver.

Tous les cas de thrombose veineuse profonde et d'embolie pulmonaire qui ont eu lieu entre 1995 et1998 ont été analysés. Pour ces deux affections, le nombre mensuel d'admissions est nettement plus élevé durant l'hiver et plus bas en été. Par exemple en août, les admissions pour phlébite sont de 18% inférieures à la moyenne annuelle et de 18% supérieures durant février et décembre. Ces proportions sont encore plus flagrantes pour les embolies pulmonaires avec des différences selon la saison de 22 à 26% par rapport à la moyenne.

La coagulation varie avec les saisons ?

La constriction des vaisseaux (vasoconstriction) induite par le froid et la réduction de l'activité physique pendant l'hiver sont connues pour diminuer le flux sanguin dans les membres inférieurs. De même, une hypercoagulation pourrait être induite par des infections respiratoires hivernales. Cependant, en dehors de ces deux explications, on connaît peu de chose sur les fluctuations saisonnières de la coagulation.

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 12 Octobre 2001 : 02h00
A lire aussi
Phlébite : principal danger, l'embolie pulmonaire Publié le 30/12/2008 - 00h00

La phlébite touche quelque 150.000 Francais. Au-delà des varices et des oedèmes qui peuvent apparaître sur les jambes, cette maladie peut aussi provoquer une embolie pulmonaire, dont l'issue est trop souvent fatale. Pourtant, chaque année, des milliers de décès pourraient être évités...

A quoi reconnaît-on une embolie pulmonaire ? Publié le 23/02/2009 - 00h00

L'embolie pulmonaire est une complication grave de la phlébite. Assez peu symptomatique, certains signes peuvent toutefois permettre de la suspecter, d'autant plus s'ils sont mis en parallèle avec certains facteurs de risque d'embolie pulmonaire.

Plus d'articles