Réduction spontanée des grossesses multiples

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 11 Février 2002 : 01h00
-A +A
Les avortements spontanés sont des phénomènes naturels et fréquents au cours du premier trimestre de la grossesse. Le risque est encore plus important lors de grossesses multiples, car certains embryons peuvent se développer au détriment d'autres qui seront éliminés. Des médecins ont détecté l'existence de ce phénomène de réduction embryonnaire chez plus de 50% des femmes attendant plus de trois enfants.

Les avortements spontanés sont des phénomènes fréquents au cours du premier trimestre de grossesse et passent très souvent inaperçus. On pense, en effet, que près de la moitié des œufs fécondés interrompent leur développement, pour la majorité, avant même que ne s'installe un retard de règles. Ces œufs n'auraient pas été viables ou bien auraient donné des enfants mal formés. C'est une sélection naturelle qui s'opère et qui présente en général peu de risque pour la mère (infection ou hémorragie). En cas de grossesse multiple, il peut s'établir un mécanisme de compétition entre les embryons implantés dans le même utérus : certains se développeront alors au détriment d'autres qui seront éliminés de la cavité utérine. Une étude quantitative vient d'évaluer que plus de 50% des femmes portant 3 enfants ou plus présentaient des réductions spontanées avant 12 semaines de gestation.

Des données échographiques et des observations à l'accouchement recueillies auprès de 7000 femmes ont permis de mesurer la fréquence d'éviction spontanée d'embryons au cours de grossesses multiples. Il s'avère que ce phénomène intervient d'autant plus fréquemment que le nombre d'embryons implantés dans l'utérus est important :

  • 36 % des grossesses gémellaires
  • 53 % des grossesses triples
  • 65 % des grossesses quadruples

Des données échographiques et des observations à l'accouchement recueillies auprès de 7000 femmes ont permis de mesurer la fréquence d'éviction spontanée d'embryons au cours de grossesses multiples. Il s'avère que ce phénomène intervient d'autant plus fréquemment que le nombre d'embryons implantés dans l'utérus est important :

Le repérage d'un tel phénomène au cours des trois premiers mois de la grossesse grâce aux échographies, pourra inciter à davantage de prudence (diminution de l'activité des mères), de manière à prolonger au maximum les temps de gestation et à prendre plus rapidement en charge des bébés dont on sait qu'ils viendront au monde avec un plus petit poids de naissance.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 11 Février 2002 : 01h00
A lire aussi
Médicaments et grossesse Publié le 24/12/2003 - 00h00

Alors que tout devrait bien se passer, survient une angoisse existentielle : quels médicaments peut-on prendre pendant la grossesse ? Quelques conseils et principes de base pour ne pas paniquer.

Saignements féminins : réagissez promptement ! Publié le 09/10/2000 - 00h00

Dès l'arrivée de leurs premières règles, les femmes subissent stoïquement ces quelques jours d'hémorragies menstruelles. Toutefois, le cycle féminin peut parfois devenir défaillant. Des pertes de sang se produisent alors de façon anormale. Des saignements peuvent avoir lieu en dehors des...

La fécondation in Vitro Publié le 14/08/2001 - 00h00

Les techniques de la Fécondation In Vitro (FIV) se sont largement étendues depuis les vingt dernières années, donnant maintenant à de nombreux couples dont la stérilité était jugée définitive, la possibilité d'obtenir une grossesse. Il s'agit toutefois de prises en charges assez lourdes,...

Grossesse et fausse couche : c'est le stress ! Publié le 06/03/2006 - 00h00

La fausse couche lors des trois premières semaines de la grossesse est un évènement fréquent que les experts peinent à expliquer. Il semblerait aujourd'hui qu'une grande partie des cas de fausse couche soit tout simplement due au stress maternel.

Plus d'articles