• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    11 avis
  • Commentaires (0)

Polyarthrite rhumatoïde : des répercussions sur la vie sexuelle

Polyarthrite rhumatoïde : des répercussions sur la vie sexuelle

Les rhumatismes, tels que la polyarthrite rhumatoïde, entraînent des conséquences très importantes sur la qualité de vie.

Mais si les malades parlent facilement de douleur et de fatigue à leur médecin, l'activité sexuelle, pourtant fortement altérée, est rarement évoquée.

Et pourtant, la polyarthrite rhumatoïde a souvent des conséquences sur l'activité sexuelle des malades.

Polyarthrite rhumatoïde et qualité de vie

Les rhumatismes sont bien connus pour provoquer des douleurs et des gênes, parfois très handicapantes dans la vie quotidienne. Ces symptômes sont largement discutés avec le médecin afin de trouver le traitement le plus efficace.

En revanche, les répercussions des rhumatismes sur l'activité sexuelle sont rarement évoquées.
Pourtant, elles sont réelles, comme en témoigne cette enquête de l'Association nationale de défense contre l'arthrite rhumatoïde (ANDAR) sur l'impact de la polyarthrite rhumatoïde sur la vie intime et émotionnelle, enquête menée auprès d’une population de 1.300 patients, essentiellement féminine (âge moyen : 64 ans ; ancienneté de la maladie : 19 ans en moyenne).

Rappelons que la polyarthrite rhumatoïde est une maladie rhumatismale inflammatoire fréquente qui touche préférentiellement les articulations des membres, notamment des mains et du poignet.
Il s'agit d'une affection auto-immune qui touche plus particulièrement les femmes à partir de 40 ans et qui évolue par poussées entrecoupées de rémission.

Polyarthrite rhumatoïde : deux malades sur trois voient leur vie sexuelle perturbée

Pour 30 % des patients, la polyarthrite rhumatoïde n'a aucune répercussion sur leur vie sexuelle.

En revanche, la polyarthrite rhumatoïde a un impact négatif sur la vie sexuelle pour 70 % des personnes interrogées.
La maladie constitue même un véritable obstacle aux relations sexuelles pour 66 % d’entre elles.

La diminution du désir est la première difficulté citée (la moitié des patients s’en plaignent).
Viennent ensuite la sècheresse vaginale (la moitié des femmes) et les troubles de l’érection (la moitié des hommes). Sont aussi évoquées la raideur et les douleurs articulaires (un tiers des patients).

Ces difficultés créent des tensions et des incompréhensions au sein du couple, un sentiment de culpabilité et de frustration.

A noter que la fatigue et une limitation fonctionnelle importante semblent aussi prédictives d'une mauvaise qualité de vie sexuelle.

En conclusion, la qualité de vie sexuelle est diminuée chez la grande majorité des sujets atteints de polyarthrite rhumatoïde, soit deux malades sur trois. 

En pratique, il est nécessaire de prendre en considération cette baisse de qualité de vie sexuelle chez les personnes atteintes d'affections relevant des rhumatismes. La sexualité ne doit plus être un sujet tabou, il faut en parler à son médecin, au même titre que les autres facteurs contribuant à la qualité de vie (douleur, fatigue, gêne, sommeil, etc.). Aujourd’hui encore, la plupart des patients n'en parlent pas à leur médecin (enquête de l’ANDAR) et beaucoup sont résignés, pensant à tort qu’il n’existe aucune solution.

Vous souffrez de polyarthrite rhumatoïde ? Quelle est la qualité de votre vie sexuelle ?

Si la réponse à cette question est affirmative, n'hésitez pas à en parler à votre médecin.

Mis à jour par Isabelle Eustache le 07/08/2014
Créé initialement par Dr Philippe Presles le 16/10/2006

Sources : Pollard L. et coll., Clin. Exp. Rheumatol., 5 suppl. 39 : S43-52, 2005. Enquête ANDAR, "Les conséquences de la polyarthrite rhumatoïde dans la vie quotidienne, professionnelle, relationnelle et intime",  juin 2010.

Trouvez-vous cet article intéressant ?